L'Usine Aéro

Pour sa nouvelle usine de Châtellerault, Mecafi va embaucher 150 personnes

Olivier James , , , ,

Publié le

Les retombées industrielles du moteur Leap de Safran continuent de tomber. Mecafi lance la construction d’une nouvelle usine de près de 30 millions d’euros sur son site de Châtellerault (Vienne). Elle entrera en service en octobre 2015.

Pour sa nouvelle usine de Châtellerault, Mecafi va embaucher 150 personnes
Eric Drouin / Safran
© Eric Drouin - Safran

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Le succès du Leap régale l’industrie ! Ce moteur d’avion de CFM International (joint-venture entre l’américain General Electric et la filiale Snecma de Safran) vient de provoquer une nouvelle secousse industrielle. En l’occurrence, une annonce d’investissement de la part de l’un des spécialistes de l’usinage de haute précision Mecafi (groupe Atmec). L’entreprise lance officiellement le chantier d’une nouvelle usine vendredi 10 octobre sur son site de Châtellerault (Vienne), en grande partie pour répondre aux 7700 commandes et intentions d’achat de ce moteur, qui équipera l’Airbus A320neo, le Boeing 737 MAX et le C919 de Comac.

"Nous prévoyons pour l’ensemble du site d’embaucher 150 personnes d’ici 2017, explique Sylvain Accorsini, PDG de Mecafi. Nous aurons besoins de 100 recrutements pour la nouvelle usine et d’une cinquantaine d’autres pour le reste du site". En 2017, le nouveau site pourrait donc employer près de 400 personnes. Quant à l’investissement, il approche les 30 millions d’euros : 20 millions d’euros pour les machines et 8 millions pour le bâtiment de 8700 m² qui va être construit. "La nouvelle usine, baptisée Eolia, sera dédiée à 70% au Leap", précise-t-il. Le dirigeant peut se réjouir : le contrat passé avec Snecma court sur plus de dix ans, un niveau de visibilité rare dans l’industrie.

Un chiffre d’affaires qui doublera en cinq ans

Cette nouvelle usine, qui entrera en service en octobre 2015, va renforcer la force de frappe industrielle de Mecafi. Dédiée à l’usinage de pièces de moteurs en aluminium et en titane (en particulier des aubes OGV pour le Leap), elle s’ajoutera aux deux autres principales activités du groupe sur le site viennois, l’usinage de pièces de transmission (taillées dans la masse) et les procédés spéciaux (soudure, traitement de surfaces, ressuage…). En parallèle, le groupe est en train d’investir environ 5 millions d’euros en Pologne dans une usine de 1000 m², là aussi pour fournir Snecma. Elle sera livrée en mars 2015.

"Avec l’ensemble de nos développement en France et à l’étranger, notamment en Italie, notre chiffre d’affaires devrait passer de 55 millions d’euros aujourd’hui à 100 millions d’euros en 2019, prévoit Sylvain Accorsini. A cet horizon, le groupe Safran représentera environ 30% de notre chiffre d’affaires". Et le Leap ne sera pas tout. Mecafi aura aussi fort à faire dans l’aéronautique avec le Silvercrest, le moteur de Snecma dédié à l’aviation d’affaires, mais aussi le Trent XWB de Rolls-Royce.

Olivier James

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte