Pour revenir aux 39 heures, Smart France précise sa menace

L’inquiétude grandit sur le site Smart France à Hambach (Moselle), où la direction évoque pour la première fois un "plan B". Si les salariés refusent de revenir aux 39 heures sur la base d’accords individuels, Daimler pourrait délocaliser la production de la Smart Fortwoo en Slovaquie.

Partager


Usine Smart

Smart France a choisi la manière forte pour imposer le retour des 800 salariés du site de Hambach (Moselle) aux 39 heures. La CGT et la CFDT ayant fait valoir fin novembre 2015 leur droit d’opposition au Pacte 2020 - ratifié par la CFTC et la CFE-CGC -, la direction a adressé individuellement à l’ensemble du personnel une proposition d’avenant au contrat de travail. PDG de Smart, Annette Winkler a indiqué qu’elle étudierait un "plan B" si 75 % de ces courriers ne sont pas retournés signés d’ici au 10 décembre prochain.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Son directeur général Joakim Betker a précisé que "la direction serait contrainte d’étudier une alternative industrielle à la production de la Smart Fortwo sur le site de Hambach", périphrase que les syndicats traduisent par un risque de délocalisation en Slovénie.

Fortement représentée parmi les ouvriers, qui s’étaient prononcés à 60 % contre le projet de la direction - un retour progressif aux 39 heures en 2017 moyennant 120 euros bruts de prime mensuelle et une prime annuelle de 1 000 euros bruts durant deux ans -, l’intersyndicale CGT-CFDT dénonce un chantage à l’emploi et rappelle aux salariés qu’un refus ne saurait légalement constituer un motif de licenciement.

"La belle aventure Smart doit se poursuive à Hambach"

Tout aussi inquiets, Céleste Lett, député de la Moselle et maire de Sarreguemines, et Roland Roth, président de la communauté d’agglomération Sarreguemines Confluences, invitent les salariés à signer l’accord. "Toutes les mesures en faveur de la compétitivité de l’usine doivent être mises en œuvre aujourd’hui pour que la belle aventure Smart se poursuive à Hambach et nulle part ailleurs. Nous en appelons donc à la responsabilité de chacun pour que le dialogue constructif se poursuive et que les décisions à venir au cours des prochains jours prouvent l’attachement du territoire à l’entreprise Smart", indiquent les deux élus, redoutant de voir la "belle aventure" tourner vinaigre.

Pascale Braun

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS