Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pour préserver l'emploi, Jean-Marc Ayrault mise sur l'industrie

Astrid Gouzik ,

Publié le

Après deux jours de consultations et de tables rondes, la grande conférence sociale s’est achevée ce mardi 10 juillet au soir. Le Premier ministre a dressé le bilan et a fourni quelques éléments de la feuille de route des prochains mois.

Pour préserver l'emploi, Jean-Marc Ayrault mise sur l'industrie © Christelle Alix - Présidence de la République

"Notre pays a besoin de réformes en profondeur. Les réformes structurelles ne peuvent pas être menées à la hussarde." C’est un chantier de grande envergure que le gouvernement s’apprête à lancer. Et ce, dès la rentrée 2012, avec des mesures d’amélioration du système de chômage partiel, a affirmé Jean-Marc Ayrault, lors de son discours au Palais d’Iéna.  Car le dossier prioritaire pour le gouvernement reste l’emploi, et sa préservation. "Nous avons identifié des chantiers prioritaires et ambitieux pour sécuriser l’emploi", a précisé le Premier ministre.

La négociation compétitivité - emploi mal engagée

Quant à la négociation "compétitivité-emploi", elle n’est plus à l’ordre du jour. "Il n’y aura pas d’acte 2. Nous allons vers une nouvelle démarche de sécurisation de l’emploi", a-t-il insisté. Dès le mois de septembre, le gouvernement transmettra un document d’orientation aux partenaires sociaux. Ainsi, cela devrait mener à des négociations au niveau national interprofessionnel, avant la fin du 1er trimestre 2013.

Réforme du Smic

Avant la fin de l’année également, le gouvernement Ayrault devrait initier une réforme du Smic, après une concertation entre un groupe de travail interministériel et les partenaires sociaux.

"Comme l'engagement en avait été pris par le président de la République, nous souhaitons permettre une évolution des règles de revalorisation du Smic visant à mieux intégrer la croissance", a précisé le Premier ministre, ajoutant que son gouvernement présenterait "un projet de texte avant la fin de l'année".

Suppression de la prime "dividendes"

Ce vestige de l'ère Sarkozy sera liquidé, a annoncé le Premier ministre. En effet, les partenaires sociaux ont souligné son inefficacité.
Cette prime annoncée en avril 2011 sous l'appellation de "prime à 1 00O euros" devait être versée par les entreprises de plus de 50 salariés ayant versé un dividende en progression par rapport à la moyenne des deux années antérieures.

Le rôle renforcé de la Conférence nationale de l’industrie

"J’aurai le plaisir, dès demain, d’ouvrir la prochaine réunion de la Conférence nationale de l'industrie", s’est réjoui le Premier ministre. Car l’autre dossier prioritaire, mécaniquement relié à celui de l’emploi, est bien le redressement productif. L’industrie donc. "Nous devons agir pour améliorer sa compétitivité, en jouant sur l’ensemble des leviers".

Parmi ces leviers, le soutien à l’innovation et à la recherche technologique, le Crédit Impôt Recherche, dont le "ciblage sera affiné pour le rendre plus efficace", la question du financement des entreprises, et l’amélioration de l’écosystème des entreprises. 

Réagir à cet article

5 commentaires

Nom profil

11/07/2012 - 10h54 -

Tout le monde réclame la réduction du cout du travail.Le travail et l'énergie,c'est la même chose;alors répartissons les prélèvements sociaux sur le travail et sur l'énergie.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/07/2012 - 20h48 -

La première des petites blagues de Hollande: "la négociation "compétitivité-emploi", elle n’est plus à l’ordre du jour. "!
Et pendant ce temps nous perdons des commandes et le déficit augmente....
Répondre au commentaire
Nom profil

10/07/2012 - 19h12 -

Je voudrais juste rajouter que les patrons français, à mon avis, attendent un autre langage.
Ils sont actuellement très fatigués, ne voient pas la sortie car on continue à se voiler la face au niveau gouvernemental.
Il faut une volonté gouvernementale pour remettre à plat notre système sociale qui plombe les entreprises (on sait cela depuis 30 ans et on ne fait rien!!!!) alors il faut mettre les syndicats avec le peuple au pied du mur pour leur dire la vérité.
Il y a des solutions pour relancer tout cela.... il suffit d'une volonté gouvernementale.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/07/2012 - 18h47 -

Hélas la situation économique de la France prend feu de partout mais qui sont les acteurs de ces faits:
Les 35 heures, l'augmentation des charges, l'aveuglement de nos politiques et syndicats sur la gravité et la réalité de la situation économique internationale.
La preuve c'est que l'Allemagne s'en sort bien et d'autres pays aussi.
Nous la France depuis 81 n'a rien fait pour s'adapter à l'économie international et nous allons le payer très, très cher...sauf si nos politiques de droite comme de gauche reviennent sur certaines de leurs convictions qui nous ont tué....L'Argent entre autre.
Sans argent un pays n'est rien, sans les riches il n'y a pas d'industrie et que des pauvres qui font le bonheur de la gauche qui se fera élire plus facilement....c'est fou non!!!!
C'est pour cela qu'il n'est pas raisonnable comme la fait les socialistes et Monsieur Hollande d'opposer les riches contre les plus pauvres car les riches ont aussi du coeur et plus que ceux qui se disent de gauche et qui s'en mettent pleins les poches.
Répondre au commentaire
Nom profil

10/07/2012 - 18h30 -

Monsieur Ayrault, Vous parlez de sauvez l'industrie française et ses emplois mais alors pourquoi vous ne vous prononcez pas sur le projet d'avion lorrain, le Skylander. 200 emplois aujourd'hui, 500 emplois demain.
Répondre au commentaire
Lire la suite

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle