Pour ou contre un label "Made in France"?

Le rapport remis jeudi dernier au chef de l’Etat par le député UMP Yves Jégo préconise le marquage « Made in France » des produits dont l’essentiel de la production est réalisée en France. Ce label est-il pertinent ? A vous de nous le dire.

Partager

Pour ou contre un label

Dans son rapport remis jeudi au chef de l'Etat, le député UMP Yves Jego propose comme mesure phare un marquage facultatif « Made in France » avec de une à trois étoiles "afin de valoriser les entreprises qui fabriquent l'essentiel de leur production en France" et informer le consommateur sur la qualité du produit qu'il achète. D'ici à fin 2010, Yves Jego devra en coordination avec le ministre de l'Industrie Christian Estrosi, mettre en oeuvre les principales préconisations de son rapport.

Pour ou contre un label « Made in France » ? Donnez votre avis.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les premières réactions

« C’est un argument commercial et marketing indéniable»,
Didier Martin, PDG d'Eugène Perma

« Il est très important de défendre l’industrie française. Nous revendiquons de plus en plus la fabrication 100 % française de nos produits. Je pense que c’est un argument commercial et marketing indéniable, notamment à l’international. Nous nous inscrivons pleinement dans le souhait d’Yves Jego et de Nicolas Sarkozy de créer un label ou une marque France. Ce n’est pas être anti-européen. C’est être simplement citoyen et permettre aux consommateurs de savoir exactement ce qu’ils achètent. » Le groupe Eugène Perma qui réalise 120 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 600 salariés, avait investi 1 million d’euros au printemps 2009 pour relocaliser la production de la lotion Pétrole Hahn en France, dans son usine de Reims. « Ce rapatriement répond à une volonté stratégique de notre part, tant pour des raisons économiques que marketing », avait alors justifié Didier Martin.

Propos recueillis par Adrien Cahuzac


« Nous ne sommes pas très en faveur des marques et des initiatives collectives »,
Luc Morelon, directeur de la communication de Lactalis


« Chez Lactalis, nous ne sommes pas très en faveur des marques et des initiatives collectives. Nous préférons nous appuyer sur nos marques propres. D’ailleurs, l’image de la France, nous ne l’utilisons pas forcément pour vendre nos fromages à l’étranger. La marque Président, avec laquelle nous réalisons 1,4 milliard d’euros de ventes dans le monde, est une marque internationale aux racines françaises, dont nous sommes certes fiers. Mais son marketing ne revendique pas sa "francitude". »


Propos recueillis par Patrick Déniel


« Je suis pour à 1000% »,
Bernard Carayon, député UMP du Tarn


« Je suis pour à 1000 %, pour au moins trois raisons : je suis fier des talents de mon pays; c’est un besoin des consommateurs français et étrangers et enfin c’est une reconnaissance pour les producteurs. Pour le premier point, je pense que nous avons raison d’être fiers des talents français qui s’expriment dans l’industrie ou l’agroalimentaire. On peut citer les grands programmes lancés par Charles De Gaulle et encore d’actualité comme le CEA, le ferroviaire, les infrastructures pour l’industrie, etc. On peut encore citer l’agroalimentaire et les produits issus des terroirs, des secteurs où les talents sont reconnus dans le monde entier. Pour les consommateurs, ce label "Made in France" est une garantie de qualité. Même si un produit est plus cher, je préfère acheter par exemple un jouet français car je suis sûr qu’il sera fabriqué par des personnes ayant des droits sociaux, mais aussi que le produit répondra aux normes de sécurité et environnementale. Enfin, c’est une reconnaissance pour la production, une garantie que le produit est porté par le pays tout entier. Tout comme pour le sport, l’idée de patriotisme économique est nécessaire. »

« Le Made in France est anachronique »,
Denis Gancel, président de l’agence de communication W&Cie et professeur à Sciences-po.

« Je suis assez à l’aise avec la valeur véhiculée par le rapport de M. Jego, mais à l’étroit dans un concept "Made in France". Comme je l’ai fait remarquer à M. Jego lors de l’audition, je ne peux pas comprendre que ce type de label soit en anglais. A l’identique, Nicolas Sarkozy voulait promouvoir, le "Fabriqué en France". Avec le 2.0, avec le brassage des idées et des concepts, les idées ont énormément d’origine, mais avec ce terme je ressens de la peur et du protectionnisme, avec sous-jacente l’idée politique de protection de l’artisanat dans les régions de France. Le "fabriqué" fleure trop le XVIIIe siècle. L’échelle de l’enjeu est celle de la fierté d’appartenance et de tout ce qui peut nourrir ce sentiment. L’idée de proposer un label qui renseigne le consommateur avec des règles juridiques est très prometteuse. De se battre comme le fait Yves Jego pour l’exact affichage, la transparence, et la traçabilité des produits n’est pas un combat d’arrière-garde, c’est super moderne. Ce rapport est une chance pour la France. »

Retrouvez la Tribune complète de Denis Gancel.


A lire aussi l’évènement dans l’Usine Nouvelle N°3192

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS