Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pour Nicolas Sarkozy, "un succès comme Google est possible en France"

, , , ,

Publié le

A l’occasion de l’inauguration du nouveau siège Google à Paris le 6 décembre, le président de la République a appelé à la création d’un Silicon Valley à Saclay.

Pour Nicolas Sarkozy, un succès comme Google est possible en France © D.R.

"Oui un succès comme celui de Google est possible en France". C’est ce qu’a déclaré Nicolas Sarkozy devant un panel d’entrepreneurs réunis pour l’inauguration du Googleplex, un hôtel particulier de 10 000 m2. Le ministre de l’Industrie, Eric Besson et surtout le patron de Google, Eric Schmdit, étaient aussi présents.

Et c’était l’occasion pour le Président de souligner les retards de la France dans le domaine du numérique et des nouvelles technologies. Notamment en cette période de crise. "En France, c’est un problème de développer son entreprise, car les banques sont frileuses, et l’accès au crédit est réduit", précise-t-il.

Mais le Président assure que la France peut parvenir à créer des acteurs mondiaux. "L’Etat doit jouer le jeu de l’opendata, explique le président. Nous allons tout faire pour faciliter le crédit". Nicolas Sarkozy s’appuie notamment sur l’exemple des Etats-Unis. Il estime que la Silicon Valley a vu le jour surtout grâce aux universités fantastiques du pays. "Et nous allons créer notre Silicon Valley sur le plateau de Saclay, grâce à l’autonomie des universités et à la recherche qui doit essentiellement se faire dans les universités". Une initiative à laquelle croit le patron de Google, qui souligne que "cela marchera à Paris. Vous avez lancé une véritable révolution en France, comme avec l’e-G8. Et vous avez permis à toute une série de starts up de se lancer".

Un conseil numérique mondial

Le chef de l'Etat insiste aussi sur la nécessité d’avoir un minimum de règles sur Internet. Des règles mondiales. "Une liberté sans un minimum de règles n’est pas une liberté, mais la réglementation nationale sur le web n’a pas de sens, assure-t-il. Je rêve d’un conseil numérique européen et qu’il devienne conseil numérique mondial ou l’ensemble des professionnels du web discuteraient avec l’ensemble des acteurs nécessaires, je pense à la question du terrorisme, à la fiscalité du web, à la sécurité, la pédophilie".

Nicolas Sarkozy s’est félicité de voir l’e-commerce prendre une telle ampleur en France. Mais il note que "le commerce numérique ne doit pas tuer pour autant le commerce physique".

En fin de discussions avec des entrepreneurs et ingénieurs, il souligne que le web, c’est une façon d’être, que lui-même a mis du temps à s’y mettre, mais que son atout premier est de faire exploser les frontières psychologiques et géographiques. Et de lancer au patron de Google : "j'espère que cette inauguration sera la première d'une longue série. Si vous avez un autre immeuble à inaugurer, je viendrai". 

Réagir à cet article

inscrivez-vous aux webinaires

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle