Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Pour lutter contre l’antibiorésistance, des praticiens se mobilisent pour l'utilisation des tests rapides

Marion Garreau

Publié le

Alors que le développement de bactéries résistantes aux antibiotiques devient un enjeu majeur de santé publique, les tests rapides de dépistage et diagnostic développés par les industriels restent sous-utilisés. Des praticiens ont publié mercredi 16 novembre un livre blanc pour leur déploiement.

Pour lutter contre l’antibiorésistance, des praticiens se mobilisent pour l'utilisation des tests rapides
Un antibiogramme, sur boite de Pétri
© CC

L'innovation est là. Face au développement de bactéries résistantes aux antibiotiques, les industriels des dispositifs médicaux ont développé des tests rapides de dépistage et diagnostic. Mais ces tests restent aujourd’hui sous-utilisés. Face à ce constat, des bactériologues et infectiologues, praticiens hospitaliers, ont publié mercredi 16 novembre un livre blanc pour leur déploiement. "Ces tests sont essentiels car plus on répond vite à la question de savoir si une bactérie est présente et laquelle, plus on évite une antibiothérapie inutile et on peut ajuster le bon traitement", explique Brigitte Lamy, bactériologiste au CHU de Nice et co-auteur de ce receuil de propositions intitulé "Les tests rapides, outils essentiels de la lutte contre l’antibiorésistance".

Les examens rapides aujourd’hui disponibles sont de trois ordres : les tests d’orientation diagnostique qui se font en cabinet médical et dans un établissement de soins permettent de distinguer les infections virales, sans traitement antibiotique, de celles qui sont bactériennes ; les tests de dépistage pour identifier d’éventuels porteurs sains avant une chirurgie afin de les traiter préventivement ; les tests de diagnostic pour identifier le type de germe et sa sensibilité aux antibiotiques.

Peur que les industriels cessent d’innover

Si aucun chiffre ne permet de quantifier leur utilisation, les retours de patients et résultats d’enquêtes qualitatives indiquent que très peu de praticiens ou centres de soins réalisent aujourd’hui ces tests. "Certaines start-up développent leurs tests innovants en France mais sont ensuite obligées d’aller les vendre à l’étranger faute de débouchés ici", s’indigne Claire Poyart, chef du service de bactériologie du groupe hospitalier Cochin, à Paris, et qui intervient notamment dans l'incubateur de l’établissement. "Si ces tests ne sont pas financés et soutenus par les pouvoirs publics, ils vont rester dans les cartons et les industriels n’iront pas plus loin", s’inquiète de son côté Alain-Michel Cerrati, président d’honneur et fondateur du Lien, une association d’aide aux victimes d’accidents médicaux.

Pour expliquer cette sous-utilisation, il y a bien sûr la question du coût et de l’accès à ces innovations alors que beaucoup de ces tests rapides ne sont pas remboursés. Aujourd’hui, seuls les dépistages traditionnels, à savoir en culture et qui prennent donc plusieurs jours voire plusieurs semaines, sont inscrits dans la Nomenclature des actes de biologie médicales (NABM), qui permet le remboursement. Parmi les propositions qu’ils formulent dans leur livre blanc, les praticiens demandent donc que les tests rapides équivalents à des tests de référence soient automatiquement intégrés dans la NBAM.

Éduquer le grand public

Mais le coût n’explique pas tout. Un test d’orientation diagnostique, qu’un médecin généraliste peut par exemple faire sur un patient atteint d’une angine, lui est donné gratuitement par la sécurité sociale. Et le résultat est obtenu en seulement 15 minutes. Pourtant, beaucoup de praticiens préfèrent encore traiter à la fois les causes virale et bactérienne sans savoir qu’elle était la bonne. Ce qui contribue à maintenir notre surexposition aux antibiotiques, l’une des causes de l’antibiorésistance.

Aider à changer les perceptions et les habitudes des professionnels de santé, éduquer le grand public et organiser des modalités de financement adaptées pour ses innovations font ainsi partie des propositions de ce livre blanc. Ses auteurs appellent plus globalement à une forte mobilisation des pouvoirs publics et de la sécurité sociale autour de ces outils de lutte contre un fléau. A l’horizon 2050, l'antibiorésistance pourrait tuer davantage que le cancer selon l’Organisation mondiale de la santé.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle