Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

"Pour les scandales sanitaires, l'ANSM est une alarme qui ne sonne jamais", déplore Philippe Courtois

Astrid Gouzik

Publié le

Entretien L'avocat bordelais Philippe Courtois vient de publier avec son père le docteur Dominique Courtois "Le livre noir de la médecine : patient aujourd'hui, victime demain". Dans leur ouvrage, ils attaquent vigoureusement l'industrie pharmaceutique et pointent le manque de transparence avec les organismes publics de contrôle. Spécialisé dans le droit médical et la défense des victimes d'importants dossiers médicaux en cours (Médiator, vaccin H1 N1, pilules de 3e et 4e génération, Gardasil, prothèses PIP), Philippe Courtois a répondu aux questions de L'Usine Nouvelle.

Pour les scandales sanitaires, l'ANSM est une alarme qui ne sonne jamais, déplore Philippe Courtois © pascal guittet

L'Usine Nouvelle - Dans "le livre noir de la médecine", vous dénoncez les "lobbies des laboratoires", le "mutisme des pouvoirs publics" et les "connivences malsaines" entre les organismes prétendument de défense et de contrôle. Comment en êtes-vous arrivés à ce constat ?

Si l'on regarde tous les scandales de santé publique ces dernières années, on retrouve les mêmes dénominateurs, les mêmes responsables. Les médecins, les laboratoires et bien sûr les organismes de contrôle.

L'industrie pharmaceutique est omniprésente et nous accompagne dès les premières heures de nos vies. Lorsqu'une maman s'apprête à quitter la maternité avec son bébé, on va lui conseiller une certaine marque de lait produite par un certain laboratoire. Et par la suite, les laboratoires sont présents tout au long de notre vie par le biais des médicaments, des vaccins, des dispositifs médicaux…

 

Lire aussi Des relations toujours floues entre les experts sanitaires et les laboratoires pharmaceutiques

 

L'autre constat que vous faites concerne les lanceurs d'alerte…

En effet  dans le cadre de ces scandales sanitaires successifs, ce sont à chaque fois les victimes qui ont dû saisir la justice pour faire reconnaître leurs droits et pour informer les autres patients. Le Mediator est un cas à part puisque c'est le médecin Irène Frachon qui a lancé l'alerte. C'est le seul cas. Pour le sang contaminé, ce sont les victimes qui ont saisi la justice. Tout comme pour l'hormone de croissance, les prothèses PIP, la Dépakine, le Gardasil, les pilules contraceptives…

 

Lire aussi notre dossier L'affaire des pilules de 3ème génération

 

Les organismes de contrôle ne jouent pas leur rôle selon vous ?

Citez-moi un seul scandale sanitaire révélé par l'agence du médicament ! Il n'y en a aucun. L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) est une alarme… qui ne sonne jamais.

Malgré toutes ces affaires, rien n'a changé du côté des organismes de contrôle. Après le Mediator, on nous avait promis l'indépendance de l'ANSM. Mais ce n'est pas le cas, la preuve, l'histoire se reproduit.
L'ANSM est financée à 80% par les taxes payées par les laboratoires, notamment celle prélevée pour l'autorisation de mise sur le marché d'un produit. On peut ainsi se demander pourquoi l'agence a autorisé la mise sur le marché du Pradaxa (un anticoagulant) en 2008 sans qu'il n'existe d'antidote à ce médicament… Il faut savoir que potentiellement la mise sur le marché de ce produit allait lui rapporter 1 milliard d'euros. L'antidote n'est apparu que fin 2015 (pour les patients ayant une hémorragie liée à cet anticoagulant oral ou devant être opérés en urgence, ndlr).

Plus récemment, le cas dramatique de l'essai clinique de Rennes. Le protocole avait pourtant été validé par l'ANSM. On lance une idée auprès de nos gouvernants : pourquoi ne pas privatiser les agences de contrôle ?

Propos recueillis par Astrid Gouzik
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle