L'Usine Aéro

Le parquet dédouane Airbus et réclame l'ouverture d'un procès contre Air France

Alice Vitard , , , ,

Publié le

Le parquet de Paris a annoncé le 17 juillet demander l'ouverture d'un procès contre Air France suite au crash de l'AF 447 Rio-Paris de 2009. A contrario, aucune charge n'a été retenue contre Airbus.  

Le parquet dédouane Airbus et réclame l'ouverture d'un procès contre Air France
L'épave et les deux boîtes noires ont mis beaucoup de temps à être retrouvées.
© louisvolant - Flickr - C.C

Le 1er juin 2009, le crash du vol Rio-Paris faisait 228 morts, devenant ainsi l'accident le plus meurtrier de l'histoire d'Air France. Après une très longue enquête, le parquet de Paris demande l'ouverture d'un procès, le 17 juillet 2019, contre Air France devant le tribunal correctionnel pour avoir commis "une négligence et une imprudence", selon le journal Le Monde

A l'inverse, aucune charge n'est retenue contre Airbus. Mais les juges d'instruction ne sont pas obligés de suivre ces réquisitions et pourraient demander l'ouverture d'une enquête.

Air France n'aurait pas fourni assez d'informations aux pilotes

Selon les magistrats, la compagnie aérienne n'aurait pas fourni suffisamment d'informations à ses pilotes concernant la procédure à adopter en cas d'anomalies liées aux sondes permettant de contrôler la vitesse de l'appareil. En effet, le point de départ de cette catastrophe est le givrage des sondes Pitot, suite à un violent orage. Cet événement a provoqué une perte momentanée des indications de vitesse. Conséquence de quoi, l'avion a complètement décroché, provoquant l'impact fatal.

Bataille entre experts

En 2011, après de nombreuses recherches, les deux boites noires et l'épave sont retrouvées. En France, deux enquêtes sont ouvertes. Une première par le tribunal de grande instance de Paris pour "homicide involontaire". Une seconde destinée à la prévention des futurs accidents. L'événement étant arrivé dans les eaux internationales, cette enquête est confiée aux autorités du pays d'immatriculation de l'avion. En mars 2011, Airbus et Air France sont mis en examen pour "homicides involontaires".

La suite de ce crash a été marquée par une véritable bataille entre les différents experts. En 2012, une première expertise avait pointé les défaillances de l'équipe mais également des problèmes techniques, malgré un nombre important d'incidents déjà signalés à Airbus. Le constructeur aéronautique avait alors sollicité une contre-expertise pour souligner les manquements d'Air France.

Les familles des victimes et la compagnie aérienne avaient fait appel de cette expertise devant la cour d'appel de Paris. La juridiction avait ordonné son annulation et la réouverture de l'enquête. En 2017, une nouvelle contre-expertise dédouanait Airbus, en s'appuyant sur les actions inadaptées de l'équipage.

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

19/07/2019 - 18h48 -

Décision logique. Des sondes Pitot tout les jours il y y en a une qui givre quelque part sur la planète. Le manque de formation et les conditions très particulières de l'accident sont là principale cause.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte