Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Pour la peinture de l’A350, Mapaero continue d’innover

Frédéric Parisot , , , ,

Publié le

Au salon du Bourget, Mapaero expose sa gamme de peintures pour l’aéronautique. Parmi les nouveautés : des peintures pour les avions en composites, ainsi qu’une formulation spécialement conçue pour le cockpit de l’A350.

Pour la peinture de l’A350, Mapaero continue d’innover © Mapaero

L’A350 tire l’innovation dans tous les domaines. Mapaero, fournisseur de peintures pour l’aéronautique, n’est pas en reste. "Airbus a demandé à tous ses fournisseurs de gagner du poids sur son nouvel appareil, et nous y contribuons à notre niveau", assure Jean-François Brachotte, président et fondateur de la société de 100 salariés et 17 millions d’euros de chiffre d’affaires. En effet, la formulation que Mapaero a mise au point pour le cockpit de l’A350 présente un très haut pouvoir couvrant. "Une seule couche suffit, ce qui contribue à la réduction de poids", explique le directeur général Eric Rumeau.

Cette nouvelle peinture est sans solvants, donc plus écologique, et dispose de propriétés antireflets plutôt bienvenues dans un cockpit. Surtout, elle est "auto-texturante". "D’ordinaire, pour obtenir un aspect granuleux il faut appliquer une première couche, la laisser sécher puis projeter des gouttes de peinture. Désormais tout se fait en une opération, et cela fait gagner du temps en production", poursuit Eric Rumeau.

Mapaero a signé un accord d’exclusivité avec Airbus pour cette peinture, et fournit déjà l’avionneur ainsi que les sous-traitants impliqués dans la réalisation du cockpit de l’A350.

Elle comble les fissures des pièces composites

Au-delà du cockpit, la PME ariégeoise propose également une gamme de peintures destinée aux structures en matériaux composites des avions de dernière génération. Avec les composites, pas de problème de corrosion, mais en cas d’incendie la peinture doit empêcher la propagation du feu et limiter le dégagement de fumées toxiques. La nouvelle peinture de Mapaero règle aussi la question des microfissures.

En effet, contrairement aux pièces métalliques, les pièces composites issues de drapage ou de moulage présentent souvent quelques fissures superficielles. "Notre solution consiste à appliquer d’abord une première couche faisant office de révélateur, qui fait apparaître toutes les fissures, explique Jean-François Brachotte. Ensuite, on applique un mastic spécial qui comble les fissures, on le ponce et on applique la couche de peinture définitive". Fruit de huit années de R&D, cette peinture devrait recevoir sous peu la qualification d’Airbus et être utilisée prochainement sur les chaînes de production de l’A350.

Frédéric Parisot

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle