Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Pour la France, une place à prendre

Olivier James

Publié le

Pour la France, une place à prendre
Olivier James

La litanie des gloires industrielles françaises déchues est suffisamment longue pour que la constitution de nouveaux champions soit saluée. Alors que l’acquisition de Zodiac par Safran – annoncée en janvier 2017 – va se concrétiser et donner naissance au numéro deux mondial des équipements aéronautiques, un nouveau poids lourd français s’apprête à prendre son envol. Avec l’achat de Gemalto, au nez et à la barbe d’Atos, Thales revendique la deuxième place dans le classement mondial de la cybersécurité, un marché estimé à 90 milliards de dollars. Le groupe d’électronique vise en particulier le segment de la sécurité numérique, incluant l’identification, les objets connectés et la sécurisation des données, soit un sous-marché de 26 milliards de dollars. Thales se situe juste derrière le spécialiste américain des antivirus, Symantec, mais devant Idemia, groupe constitué par le rapprochement entre le français Oberthur et Morpho, l’ex-filiale sécurité de Safran. Autrement dit, on trouve sur le podium mondial deux champions français. Ils ont bénéficié du terreau fertile de l’école de mathématiques française et du développement dans l’Hexagone de la carte à puce. Celle-ci, inventée par le Français Roland Moreno, a été lancée industriellement par d’anciens ingénieurs de Thomson-CSF (devenu Thales) via l’entreprise Gemplus, qui fusionnera en 2006 avec Axalto pour former Gemalto. Si les Américains ont gagné la bataille numérique des logiciels et des réseaux sociaux et les Allemands celle de l’industrie 4.0, la France est bien placée pour s’imposer dans le domaine de la sécurité digitale. Avec pour corollaire un investissement massif – public et privé – dans l’intelligence artificielle, rouage essentiel de la sécurité. Patrice Caine, le patron de Thales, appelle les pouvoirs publics à créer un fonds dédié. Le temps presse. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus