Pour la CGPME, les patrons préfèrent l'abolition des contraintes administratives à de nouvelles aides

Dans une tribune publiée le 22 août dans Le Figaro, le président de la Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises (CGPME) Jean-François Roubaud revient sur le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (Cice), le pacte de responsabilité et la volonté de négociation de François Hollande sur la réforme des seuils sociaux dans les entreprises.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pour la CGPME, les patrons préfèrent l'abolition des contraintes administratives à de nouvelles aides

"J'aurais été heureux d'entendre le président de la République s'engager à ne prendre aucune nouvelle mesure contraignante sur les entreprises jusqu'à la fin du quinquennat".

Dans une tribune publiée le 22 août dans Le Figaro, le président de la CGPME Jean-François Roubaud répond aux annonces et commentaires faits par le président Hollande lors de sa rentrée médiatique cette semaine.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Selon le chef de l'organisation patronale, "les patrons de PME renonceraient volontiers à toute nouvelle aide contre une absence totale de nouvelles contraintes", administratives notamment.

La CGPME dénonce ainsi le "changement incessant des règles fiscales, sociales ou environnementales" qui provoque le "mécontentement des chefs d'entreprise".

éviter des disparitions d'emplois

Jean-François Roubaud n'hésite pas à attaquer les régulières annonces de l'exécutif ou des ministres pour "glorifier les PME", alors que selon lui "les marchés publics continuent de revenir prioritairement aux grandes entreprises et que l'essentiel des allégements fiscaux annoncés profitera à ces mêmes grandes entreprises".

Le dirigeant continue de penser que le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (Cice) est une "bonne mesure", mais déplore une mise en œuvre du pacte de responsabilité "bien trop lente".

"Dans l'immédiat, les moyens dégagés serviront surtout à éviter des disparitions d'emplois", juge-t-il, préconisant de sauver "les emplois d'aujourd'hui avant de créer ceux de demain".

Pour répondre au président Hollande et à sa réforme des seuils sociaux dans les entreprises, Jean-François Roubaud assure qu'"une négociation (...) sur les seuils sociaux est un pari loin d'être gagné d'avance (...) dans les petites entreprises où employeur et salariés n'ont nul besoin de syndicats pour se parler".

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS