Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pour l’Insee, la reprise sera poussive en 2014

Solène Davesne , ,

Publié le

L’activité devrait progresser de 0,2 % au premier et au deuxième trimestre 2014, selon la note de conjoncture publiée par l'Insee, jeudi 19 décembre.

Pour l’Insee, la reprise sera poussive en 2014

Il faut savoir décrypter les changements parfois infimes dans le vocabulaire toujours très prudent de l’Insee. Dans sa note de conjoncture de décembre, l’institut de statistique ne parle plus d’"éclaircie". Désormais pour l’Insee, la "reprise est enclenchée, même si elle est poussive", confirme Cédric Audenis, économiste à l’Insee.

Une petite amélioration donc, qui se traduit dans les prévisions pour la France. Après un troisième trimestre décevant, avec un recul de 0,1 % du PIB, l’Insee table sur une croissance de 0,4 % au dernier trimestre. Pour les six premiers mois de 2014, la croissance devrait se confirmer mais de façon plus modeste, avec une hausse de 0,2 % du PIB par trimestre.

A la fin de l’année, l’anticipation par les ménages de la hausse de la TVA au premier janvier et du durcissement du malus automobile devrait donner un petit coup d’accélérateur à la consommation française (+0.3 %).

Mais pour 2014, l’économie devrait rester en petite forme car les moteurs de redémarrage manquent. Du côté des entreprises industrielles, "le climat des affaires ne progresse plus depuis deux mois, les perspectives plafonnent", souligne Cédric Audenis. De fait, les débouchés pour les entreprises restent limités l’an prochain. Même si la situation sur le marché de l’emploi s’améliore en partie grâce à l’impact du crédit d’impôt compétitivité (4 000 destructions d’emplois marchand prévues au premier semestre contre 87 000 en 2013), la consommation des ménages devrait pratiquement stagner, avec un petit 0,1 % de hausse pour chaque trimestre.

Les exportations comme moteur

Le seul véritable moteur de l’économie française devrait rester les exportations. La reprise confirmée en Allemagne mais aussi dans les pays d’Europe du sud dope la demande adressée aux exportateurs français. Les ventes à l’étranger devraient ainsi progresser de 0,7 % par trimestre début 2014, malgré le niveau élevé de l’euro.

Une évolution qui devrait profiter à l’industrie. Après un repli au troisième trimestre, la production manufacturière devrait progresser de 0,8 % au dernier trimestre puis 0,2 % au cours des deux trimestres suivant.

A l’inverse, l’investissement des entreprises ne devrait jouer un rôle "ni moteur, ni freineur", selon l’Insee (voir article suivant). Après un recul de 1,8 % des dépenses d’investissement des sociétés en 2013, celles-ci devraient croître de 0,7 % d’ici juin. Une progression au même rythme que celle du PIB, pour lequel l’Insee prévoit un acquis de croissance de 0,7 % en juin.

Solène Davesne

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle