Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Pour l’accident du TGV Est, errare humanum est

Olivier Cognasse ,

Publié le

Le Bureau d’enquêtes sur les accidents de transport terrestre a présenté les conclusions de son rapport aux victimes et familles concernées sur l’accident du 14 novembre 2015.

Pour l’accident du TGV Est, errare humanum est
La rame d'essai du TGV Est
© ?@MarcMatheySNCF

Pas de surprise dans le rapport du Bureau d’enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) présenté mardi 23 mai aux victimes et à leurs familles. L’accident d’une rame de TGV d’essai survenu le 14 novembre 2015 à Eckwersheim dans le Bas-Rhin à 15h04 avait provoqué la mort de 11 personnes, tandis que 42 personnes avaient été blessées. Dès les premiers éléments d’enquête la vitesse excessive et un freinage trop tardif avaient été évoqués.

Les conclusions du rapport du BEA-TT évoquent "une stratégie de freinage inadaptée, résultant d’un raisonnement erroné […], une incompréhension entre le cadre transport traction (CTT) et le reste de l’équipage sur les modalités du freinage se traduisant par le relâchement du frein électrique par le conducteur et le maintien de la vitesse de 330 km/h jusqu’au déclenchement du freinage pneumatique, un appel interphonique pendant le freinage qui a perturbé le CTT et l’a empêché de voir que le frein électrique avait été relâché contrairement à la stratégie qu’il avait prévue."

Sept personnes dans la cabine

Un manque de concentration qui confirme l’erreur humaine et surtout le fait que certaines personnes à bord durant ce test n’auraient jamais dû être là. Le rapport évoque la présence de sept personnes dans la cabine…

A l’été 2016, le rapport du cabinet Technologia, expert en prévention des risques professionnels, avait accablé Systra, en charge de l’organisation de ces tests. Il s’étonnait de la présence à bord de personnes non habilitées, une pratique transformée en coutume à en croire le service de repas et de boissons. De plus, une photo prise à l’intérieur de la cabine de pilotage montrait bien la présence de sept personnes, alors que la capacité est limitée à quatre personnes.

Le nouveau tronçon de la ligne à grande vitesse Paris-Strasbourg (LGV Est) avait finalement été mis en service en juillet 2016, avec trois mois de retard.

 

Rapport Beatt 2015-016 by L'Usine Nouvelle on Scribd

 

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

29/05/2017 - 18h10 -

Bonjour, Il est suprenant que vous insistiez sur le fait qu'il y ait eu 7 personnes en cabine, alors que le rapport même du BEA TT indique qu'ils n'ont eu aucune incidence sur l'accident - tandis que vous passez sous silence les recommandations du rapport pour éviter dans le futur ce genre d'accident.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus