Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Pour Greenpeace, le parc nucléaire français n'est pas prêt face au risque terroriste

Léna Corot , , , ,

Publié le

Vu sur le web Les centrales nucléaires françaises sont insuffisamment protégées face au risque terroriste, selon Greenpeace. L'ONG publie mardi 10 octobre les conclusions de son rapport, dont Le Parisien a eu accès à l'intégralité. Les piscines de refroidissement sont particulièrement visées par ce manque de protection, selon le quotidien.

Pour Greenpeace, le parc nucléaire français n'est pas prêt face au risque terroriste
Les piscines de refroidissement sont insuffisamment protégées face au risque terroriste, selon Greenpeace.
© DR

Le parc nucléaire français est insuffisamment protégé contre le risque terroriste, alerte Greenpeace. L'ONG a mandaté sept experts des questions nucléaires et du terrorisme qui ont enquêté 18 mois durant sur cette question, comme le relate Le Parisien qui a eu accès à l'intégralité du rapport.

L'objectif de Greenpeace étant d'alerter l'opinion et les pouvoirs publics, sept hauts fonctionnaires en charge des questions de défense et de sécurité au sein des institutions et du gouvernement se voient remettre l'intégralité du rapport mardi 10 octobre. Mais les conclusions sont tellement alarmantes que Greenpeace a décidé de ne publier qu'une version courte du rapport, précise encore le quotidien.

Ce rapport révèle un déficit historique de la protection des installations et notamment des piscines de refroidissement, affirme Le Parisien. Les piscines, situées à l'extérieur du bâtiment réacteur, sont "bien moins protégées", explique le quotidien. Or, si leur niveau d'eau baisse, cela peut avoir des conséquences dramatiques puisqu'elles sont conçues pour refroidir le combustible et protéger le personnel contre la radioactivité.

La sécurité du site de La Hague mise en cause

Par ailleurs, Greenpeace alerte aussi sur le fait qu'aucun dispositif de sécurité particulier n'est mis en place sur le site de La Hague. On y trouve autant de combustible usé et entreposé qu'il n'y a de combustible chargé ou en refroidissement dans les 58 réacteurs d'EDF, explique Le Parisien.

L'ONG ne s'est pas arrêtée là. Elle a chiffré le montant des investissements nécessaires afin de sécuriser l'intégralité des 58 piscines, précise Le Parisien. EDF devrait débourser entre 140 et 222 milliards d'euros, selon Greenpeace. Au-delà du contenu même du rapport, il est certain que ces chiffres ne feront pas l'unanimité chez l'énergéticien français.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle