[Nucléaire] François de Rugy veut dissocier la fermeture de Fessenheim de la mise en service de Flamanville

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, s'est exprimé le jeudi 4 octobre sur France Info à propos des centrales nucléaires de Flamanville (Manche) et de Fessenheim (Haut-Rhin). Selon lui, l'avenir de Fessenheim sera dissocié de celui de l'EPR normand, comme EDF avait réussi à l'obtenir. Elle devrait fermer avant la fin du mandat, en 2022.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[Nucléaire] François de Rugy veut dissocier la fermeture de Fessenheim de la mise en service de Flamanville
La centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) sera fermée d'ici 2022, annonce François de Rugy.

Interrogé sur France info le jeudi 4 octobre 2018, le successeur de Nicolas Hulot au ministère de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, est revenu sur la question du nucléaire et sur l’EPR de Flamanville (Manche). "À une époque, on a dit qu'on fermerait Fessenheim quand on ouvrirait l'EPR de Flamanville. Aujourd'hui, on est obligé d'envisager de ne pas faire les deux opérations en même temps", a-t-il annoncé, alors qu’il n’y a pas de date précise de l’ouverture de l’EPR.

L’ASN vient en effet de prévenir EDF que selon lui, huit des soudures qui n’était pas au niveau de qualité ne devraient pas juste être contrôlées mais devraient être refaites. Ce qui qui nécessiterait plusieurs mois et qui dépassera de toute évidence la fin de l'année 2018, comme le prévoyait EDF. Ce qui repousserait la mise en Service de Flamanville au-delà de la Fin 2019, dernier délai évoqué par l’électricien Français.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"EDF n’est pas capable de nous donner une date et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) non plus sur l’ouverture de Flamanville", souligne-t-il. Plusieurs fois reportée, l’ouverture de Flamanville est aujourd’hui prévue pour le quatrième trimestre de 2019, un retard qui a triplé le budget initial de sa construction. "La centrale fermera pendant ce mandat, d'ici 2022", a-t-il ensuite précisé. "Je ne peux pas vous dire la date au mois près."

Pour le ministre, il faut aussi s’occuper de l’après Fessenheim : "il y a plusieurs questions", a-t-il ajouté. "D'abord il y a un processus d'accompagnement, y compris social, parce qu'il y a des personnes qui travaillent et qu'il faut les reconvertir". Puis il ajoute : "Il y a un processus aussi d'économie du territoire, qui ne vivait que là-dessus et donc il faut aussi diversifier. Et puis enfin il y a une question d'approvisionnement de l'électricité."

Interrogé sur France Bleu Alsace, Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, précise qu’un "fonds d’amorçage de 10 millions d’euros sera annoncé pour financer le projet de territoire construit avec les élus dès 2019" pour accompagner la fermeture alors que le site rassemble 330 salariés sous-traitants et 800 emplois chez EDF.

Selon le média spécialisé dans l'énergie Montel, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) présentée fin octobre devrait aussi prévoir la fermeture de huit réacteurs nucléaires d'ici 2028. Elle couvrira les périodes 2019-2023 et 2024-2028. Elle doit notamment indiquer la manière dont sera appliqué l’objectif de ramener à 50 % la part du nucléaire dans le mix électrique français, fixée par la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015.

Avec Reuters

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS