Pour faire aboutir son offre, le repreneur de GM&S ne réclame plus l'adhésion des salariés

Le candidat à la reprise de l'équipementier GM&S Industry s'est dit prêt jeudi à lever sa clause suspensive d'adhésion des salariés à son offre, ouvrant la voie à un accord.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pour faire aboutir son offre, le repreneur de GM&S ne réclame plus l'adhésion des salariés
Des employés de GM&S avant une visite d'Emmanuel Macron. Le candidat à la reprise de l'équipementier GM&S Industry s'est dit prêt jeudi à lever sa clause suspensive d'adhésion des salariés à son offre, ouvrant la voie à un accord. /Photo prise le 9 juin 2017/REUTERS/Pascal Lachenaud

L'adhésion du personnel au projet était la dernière des trois conditions que le groupe GMD avait imposées pour faire aboutir la reprise, avant que le tribunal de commerce de Poitiers ne se prononce sur le statut de l'usine lundi prochain.

"A priori je vais lever ma condition suspensive sur l'adhésion des salariés parce que je pense qu'ils sont troublés", a déclaré le dirigeant du groupe, Alain Martineau, à France Bleu Creuse, à l'issue d'une rencontre tendue avec les salariés de l'usine.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Il s'était rendu jeudi sur le site de La Souterraine pour convaincre les salariés d'accepter son offre de reprise de 120 emplois sur 277.

"Ils ne l'ont pas donnée franchement (leur adhésion-NDLR), mais ça va venir, il faut les laisser réfléchir un petit peu à l'intérêt de la chose. Ceux qui vont rester seront bien contents de rester."

Plusieurs salariés ont en effet affiché leur scepticisme quant à la pérennité du projet. "On est partagés. Cela fait huit mois que le conflit dure et beaucoup de monde va rester sur le carreau", a déclaré à Reuters Marc Bery, qui travaille depuis 34 ans dans l'usine.

Les délégués syndicaux précisent qu'ils continueront les négociations. "On va tout mettre à plat après le tribunal(...). On va lui faire la démonstration qu'à 120, ce n'est pas possible. L'usine ne peut pas tourner", a dit Patrick Brun, délégué CGT, sur CNews.

Les autres demandes du repreneur consistaient à pouvoir conclure un bail sur les bâtiments de GM&S et obtenir un investissement de 15 millions d'euros afin de moderniser le site.

Alain Martineau a annoncé mercredi qu'il achèterait lui-même les murs de l'usine pour un million d'euros, revenant sur sa demande.

Il a en revanche obtenu la garantie de la part du ministère de l'Economie de la mise à disposition de l'investissement prévu, après de nombreuses tractations avec les parties prenantes au dossier.

(Reuters)

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS