Pour faciliter le tri des Français, les professionnels du recyclage doivent encore simplifier la démarche

Bacs de collecte changeants d’une ville à l’autre, extension des consignes de tri pas encore généralisée, développement de plastiques biosourcés… L’univers du recyclage génère de la confusion chez les Français, regrette Citeo. Les citoyens sont pourtant prêts à améliorer la qualité de leur tri.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pour faciliter le tri des Français, les professionnels du recyclage doivent encore simplifier la démarche
L'extension des consignes de tri permettra à 24 millions de Français de trier tous leurs emballages dès le premier trimestre 2019.

Les Français sont conscients de l’importance du geste de tri, mais demandent à être rassurés. Si 88% des Français disent trier, "il faut gagner des trieurs systématiques : la négligence doit être combattue", insiste Stéphanie Foucart, directrice du pôle sensibilisation chez Citeo.

En amont d’une nouvelle phase d’extension des consignes de tri, qui s’étendra sur la période 2019-2022 (190 millions d’euros d’investissement), l’éco-organisme compte marquer des points avec la simplification du process: désormais tous les plastiques, et non plus seulement les bouteilles et flacons, se recycleront. Aujourd’hui, 75% des Français expriment des doutes au moment de trier un emballage, à commencer par les tubes de dentifrice, les aérosols et les barquettes en plastique.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Nous avons deux leviers majeurs : l’accès à l’information sur les consignes de tri, mais aussi l’accessibilité des bacs. Les Français s’interrogent moins sur le geste de tri, parce qu’ils sont convaincus que cela va être utile à l’environnement", poursuit Stéphanie Foucart. A défaut de pouvoir harmoniser la couleur des bacs de collecte au nom de la liberté d’action des collectivités, Citeo a lancé un site internet recensant, pour chaque territoire, les bonnes pratiques à adopter selon le type de déchet. Aujourd’hui, 80% des bacs dédiés aux emballages recyclables sont de couleur jaune, mais de grandes villes comme Bordeaux (Gironde) ont fait le choix d’un autre code. L’éco-organisme n’intègre pas, dans ses contrats, de clause à ce sujet.

La sensibilité environnementale est de mise

Citeo se rassure, en revanche, sur la sensibilité environnementale des Français. 34% des consommateurs estiment qu’un pack de yaourts avec cartonnette est respectueux de l’environnement, contre 70% sans cartonnette. Pour le maquillage, 93% des consommateurs estiment que l’emballage proposé en produit nu est respectueux de l’environnement, contre 26% sous blister. Invités à s’exprimer de manière spontanée, les consommateurs sondés citent à 55% le plastique comme un matériau qui n’est pas respectueux de l’environnement.

La partie n’est toutefois pas complètement gagnée : 98% des consommateurs connaissent la consigne de tri des bouteilles d’eau en plastique, mais seuls 42% ont une perception positive de cet emballage. 53% des consommateurs estiment que la canette de bière est respectueuse de l’environnement, alors ce chiffre grimpe à 91% pour les bouteilles en verre. Or, ces deux matériaux sont tout aussi aptes au recyclage.

Une des pistes explorées consiste à travailler directement avec les metteurs sur le marché d’emballages. "La consigne de tri est complexe sur le plastique : une partie des Français ne savait pas que l’on ne recyclait jusqu’alors que les bouteilles et flacons, complète Antoine Robichon, directeur stratégie et clients de Citeo. Travailler avec des ingénieurs pack, c’est bien, mais c’est le marketeur qui décide en premier. Or, celui-ci pense au consommateur. Nous devons penser aux emballages en amont de la commercialisation." Seulement 15% des consommateurs ont le sentiment que les emballages ont évolué afin de prendre en compte les problèmes liés à l’environnement. 35% des consommateurs recherchent en premier lieu des emballages "faciles à ouvrir", une contrainte à intégrer également.

Des mentions pas toujours comprises

Citeo, qui a récemment lancé un appel à projets pour envisager des solutions liées au recyclage des derniers plastiques mis sur le marché, a enfin interrogé les Français sur leur rapport aux mentions liées à l’environnement. 86% des consommateurs associent la mention "fait à partir de matériaux d’origine végétale" au respect de l’environnement, contre seulement 46% pour la mention d’emballages "biosourcés". Un résultat qui rappelle que le discours lié au recyclage doit être adapté au plus grand nombre.

Franck Stassi Journaliste BTP, bois, papier-carton
Franck Stassi

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS