L'Usine Energie

Pour Emmanuel Macron, augmenter le capital d'Areva n'est pas la priorité

, , , ,

Publié le

L'Etat français prendra ses responsabilités vis-à-vis d'Areva mais une augmentation de capital n'est pas la priorité aujourd'hui, a déclaré Emmanuel Macron le 24 février à Reuters.

Pour Emmanuel Macron, augmenter le capital d'Areva n'est pas la priorité © Gouvernement français - Wikimedia commons

Le ministre français de l'Economie Emmanuel Macron a déclaré le 24 février à Reuters que l'Etat français prendrait ses responsabilités vis-à-vis d'Areva, mais qu'une augmentation de capital n'était pas la priorité aujourd'hui. Il a précisé que l'Etat ne prévoyait pas de vendre des actions EDF ou GDF Suez pour financer un soutien au groupe d'énergie nucléaire qui a annoncé une perte de près de 5 milliards d'euros en 2014.

Prié de dire si une augmentation de capital était inévitable, Emmanuel Macron a répondu : "Cela n'est pas la priorité aujourd'hui. Areva a beaucoup de choses à faire elle-même. Et c'est ceci qui sera annoncé la semaine prochaine." Areva doit normalement publier ses résultats annuels le 4 mars.

partenariat avec des acteurs chinois sur les mines ?

"L'Etat prendra ses responsabilités de manière évidente", a ajouté Emmanuel Macron en marge d'une visite au Salon de l'agriculture. A la question de savoir si un partenariat pouvait être envisagé avec des acteurs chinois sur les mines d'Areva, il a répondu : "Il y plusieurs options possibles qui sont à la main de l'entreprise."

Quant à vendre des actions EDF ou GDF pour financer une augmentation de capital, "aucune de ces options n'est sur la table", a dit Emmanuel Macron.

Avec Reuters

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte