Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Pour des équipements de protection individuelle

Publié le

Giat Industries et le numéro 1 français des uniformes, Paul Boyé, ont décidé de mettre en place une gamme d'équipements de protection individuelle pour la sécurité civile et pour l'industrie.

Fournisseur des masques à gaz de l'armée française, Giat Industries développe, dans le cadre de sa division " sécurité-logistique-santé ", des systèmes de détection, de décontamination et de protection NBC (nucléaire, bactériologique et chimique) pour la sécurité civile. Fournisseur officiel des uniformes de l'armée française, Paul Boyé élargit son offre de vêtements de protection et de sécurité pour les sapeurs-pompiers, les industries chimiques et les sports techniques. C'est donc tout naturellement que les deux industriels s'associent aujourd'hui pour mettre au point une gamme d'équipements de protection pour la sécurité civile et pour l'industrie. " Nos technologies sont parfaitement complémentaires ", souligne Jacques Boyé, P-DG de Manufactures de vêtements et de Paul Boyé VPC, deux des cinq filiales du groupe sétois. " Nous avons de surcroît une complémentarité commerciale et l'habitude de travailler ensemble ", ajoute Christian Sommade, directeur marketing de la division sécurité-logistique-santé de Giat Industries. Depuis plusieurs années, en effet, les deux entreprises font partie du groupement d'intérêt économique Défense NBC et de l'association Defenciv, destinés à promouvoir les équipements NBC français, dans le domaine militaire pour le premier, dans celui de la sécurité civile pour la seconde. L'accord, conclu dans le cadre du salon militaire Eurosatory, qui s'est tenu au Bourget en juin dernier, pousse plus loin la coopération. Chacun des partenaires a ainsi " détaché " une équipe de trois personnes à temps plein pour élaborer en commun une douzaine de nouveaux produits, lesquels viendront s'ajouter aux produits développés en propre par les deux entreprises. La nouvelle gamme, dont le nom reste à déterminer, sera finalisée d'ici à deux ans. Elle comprendra une trentaine de produits (cagoules, vêtements, systèmes de ventilation-filtration, climatisation individuelle) destinés tant aux forces de sécurité intérieure (sapeurs-pompiers, polices, services médicaux d'urgence) qu'aux populations victimes d'incendie ou d'incidents toxiques et aux personnels de l'industrie exposés à des risques. Des marchés difficilement chiffrables, au dire des intéressés, mais en plein essor. " Le marché de la sécurité industrielle croît de l'ordre de 15 % par an. Celui de la sécurité civile est plus irrégulier. Il est fonction des risques et des capacités d'investissement des départements et des corps, mais il est en expansion ", analyse Christian Sommade. Les deux industriels attendent également beaucoup de l'export, et notamment des marchés émergents, encore très sous-équipés. Pour Giat Industries comme pour Paul Boyé, les débouchés de la sécurité et de la protection civile et industrielle doivent permettre de compenser la réduction nette et progressive des budgets militaires. Giat Industries a commencé sa diversification voilà déjà quelques années, mais réalise toujours 90 % de son activité avec l'armée. Sur les 150 millions de francs générés par l'activité NBC, la sécurité civile ne représente à ce jour que 5 millions, et l'industrie 0. L'industriel espère atteindre, grâce à la nouvelle gamme, 15 à 20 millions de francs d'ici à trois ans. La société Paul Boyé s'est dotée, voilà deux ans, d'un département spécialement dédié à la protection et à la sécurité civile et industrielle. Mais les commandes de la Défense nationale comptent encore pour 70 % de son chiffre d'affaires. Côté distribution, Giat Industries s'occupera de la commercialisation des systèmes, et Paul Boyé de la vente à l'unité et de la maintenance. Chacun des partenaires bénéficiant d'autre part du réseau de l'autre. A l'export, enfin, la nouvelle gamme sera commercialisée par l'un ou l'autre des partenaires, selon les zones géographiques. " Mais nous n'en sommes qu'au début. Rien n'est encore arrêté ", précise Jacques Boyé. Les nouveaux produits n'ont pas encore franchi le stade de l'industrialisation, et le marché français servira de test pour démarrer.





Le fantassin de l'an 2000

Le groupe textile héraultais fait partie du consortium dirigé par Thomson-CSF, retenu par la Direction générale de l'armement (DGA) pour réaliser les études de développement du nouveau système " combattant ". La tenue de combat du prochain millénaire protégera à la fois des agressions nucléaires, bactériologiques et chimiques, du feu et des éclats et sera dotée de capteurs mesurant l'état physiologique du porteur, permettant ainsi d'informer le commandement sur l'état des troupes. L'armée française pourrait en commander entre 10 000 et 15 000.



Les deux partenaires

Giat Industries


· Chiffre d'affaires 1995 : 5,4 milliards de francs, dont 350 à 400 millions de francs pour la division sécurité-logistique-santé.

· Effectifs : 12 400, dont 350 pour la division sécurité- logistique-santé.

· Activités : Armement terrestre (blindés, armes, munitions), défense NBC (nucléaire, bactériologique et chimique), logistique et santé mobile.

· Implantation : Siège social : Satory (Yvelines).

Principaux sites industriels de la division sécurité- logistique-santé : Rennes et Saint-Etienne.

Paul Boyé

· Chiffre d'affaires 1995 : 300 millions de francs.

· Effectifs : 450 personnes.

· Activités : Fabrication et commercialisation de vêtements techniques dans le domaine de la protection nucléaire, bactériologique et chimique, le feu, le froid, les intempéries et la balistique, pour l'armée, les administrations et l'industrie.

· Implantation : Siège social : Sète (Hérault)

Principal site industriel : Toulouse.

USINE NOUVELLE N°2558
 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle