Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"Pour prendre de grandes décisions, il faut du temps, de la réflexion et un peu de folie", explique le philosophe Yves Michaud

Christophe Bys , ,

Publié le , mis à jour le 16/08/2019 À 14H30

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Entretien Philosophe, Yves Michaud a dirigé l'Ecole nationale des beaux arts et l'Université de tous les savoirs. Aujourd'hui, ce spécialiste de l'art contemporain publie avec Valérie Julien Grésin, "Mutation numérique et responsabilité humaine des dirigeants", aux éditions Odile Jacob.  Dans l'entretien qu'il nous a accordé, il revient sur les changement induits dans le monde de l'entreprise par le numérique. Tel un empiriste, il part souvent de son expérience pour évaluer les modifications en cours. En lisant cet entretien, vous saurez pourquoi l'arrivée de YouTube marque un tournant, les raisons pour lesquelles un bon manager doit être transparent, ou pourquoi bien recruter n'est pas toujours simple. Et vous découvrirez en conclusion un éloge aussi inattendu qu'essentiel de la lecture. 

Pour prendre de grandes décisions, il faut du temps, de la réflexion et un peu de folie, explique le philosophe Yves Michaud
Philosophe, Yves Michaud a dirigé l'Ecole nationale des beaux arts et l'Université de tous les savoirs.
© Ed Odile Jacob

L'Usine Nouvelle - Qu’est-ce qui amène un professeur de philosophie comme vous à s’intéresser à l’impact du numérique sur le management ?

Yves Michaud : J’ai eu une double vie de professseur de philosophie et de critique d’art. D’ailleurs je travaille actuellement à une suite de mon livre "l’art à l’état gazeux". Je ne me suis jamais interdit aucun sujet. Je suis un philosophe généraliste, refusant l’hyper-spécialisation du savoir. Je me suis toujours intéressé aux nouvelles technologies, je suis un peu geek. Comme directeur de l’Ecole des beaux-arts, j’ai participé au lancement d'une formation multimédia et hypermédia. On avait fait ça avec Lagardère et HP.

Quand j’ai fait l’Université de tous les savoirs, c’était en pensant à l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert. Nous faisions en quelque sorte en direct une encyclopédie. Aujourd’hui, la notion d’encyclopédie n’a plus de sens. Nous sommes dans l’immédiateté, tout se met à jour continuellement. Dire "voilà[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle