Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Pour 2030, Jean-Bernard Lévy veut un EDF à la fois plus local et plus international

Ludovic Dupin , ,

Publié le

Arrivé il y a dix mois à la tête d’EDF, le PDG Jean-Bernard Lévy a initié une stratégie à l’horizon 2030. Sans abandonner la centralisation et le socle nucléaire, le groupe affirme vouloir se renforcer dans les services à l’énergie et les renouvelables.

Jean-Bernard Levy - D.R 

A l'occasion du colloque Climat-Energie, organisée par EDF le mardi 15 septembre, Jean-Bernard Lévy a rappelé les grands axes de la stratégie de son groupe à l'horizon 2030. Le projet du patron d'EDF s'inscrit dans le cadre de loi de transition énergétique votée en août et se lit à l'aune de la COP21 qui se déroulera à Paris en décembre prochain, assure-t-il.

Le premier objectif du programme "Cap 2030"  est "un engagement à être plus près de ses clients. Nous avons historiquement un modèle monolithique. Il assure la sécurité d'approvisionnement et la compétitivité", explique Jean-Bernard Lévy. "Nous voulons compléter ce modèle par des services énergétiques, issus des technologies de la digitalisation", ajoute-t-il. Pour cela, le groupe compte beaucoup sur la prise de contrôle de Dalkia France, fin 2014.

Un socle nucléaire fort

Le deuxième objectif  est le "renforcement de la stratégie bas carbone". Pour cela, le patron de l’électricien historique veut renforcer le socle nucléaire. "En ce sens, le rapprochement d’EDF et de l’activité réacteur d’Areva est une priorité stratégique", assure-t-il.

Le PDG veut aussi mettre l’accent sur les renouvelables, jugeant qu’avec un prochain appel d’offres solaire en-dessous de 100 euros par mégawattheure, cette énergie va jouer un rôle de plus en plus important dans le mix électrique. "Notre rôle est de mettre en place un système centralisé robuste et souple et de le compléter avec des renouvelables dans les territoires", résume-t-il.

Troisièmement, Le PDG affirme vouloir s’engager plus fortement à l’international. "La croissance n’est pas en Europe, alors qu’EDF est à 95 % en Europe", constate-t-il.

contraintes financières

Ce plan de bataille est soumis cependant à des contraintes financières. EDF doit faire face à de lourds investissements pour le grand carénage (55 milliards d’euros d’ici 2025) et pour mettre en place les mesures de sûreté post-Fukushima. Elles doivent permettre "d’étendre la durée de vie des réacteurs à 50, voire 60 ans", précise-t-il. Par ailleurs, le groupe anticipe le remplacement des réacteurs nucléaires et va investir dans le développement des renouvelables. Dans le même temps, EDF, endetté, doit aussi assurer de conséquents dividendes à l’Etat actionnaire, explique le PDG.

Face à ces multiples contraintes, Jean-Bernard Lévy juge qu’il faut désormais "focaliser l’investissement. Il y a eu une dispersion avec l’Allemagne, l’Italie, La Grande-Bretagne… où de grands groupes ont été acquis. Aujourd’hui, il faut une meilleure concentration des projets", prévoit le grand patron.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

22/09/2015 - 07h59 -

Les lois de la physique donnent raison à JBL : les énergies renouvelables offrent des opportunités mais ne peuvent, en raison de leur intermittence, qu'apporter un complément minoritaire à un socle nucléaire qui est seul capable de s'ajuster à la consommation. Il aura d'ailleurs à expliquer cela à JF Brottes, nouveau patron du RTE dont le modèle "idéologique" est basé sur une production renouvelable décentralisée, compensée à grands frais par des mécanismes d'effacement et de capacité, et qui croit que le "smartgrid" à lui seul fera le reste.
Il lui faudra aussi mettre un terme à la mauvaise habitude d'un Etat dispendieux qui n'hésite pas à "taper dans la caisse" de l'entreprise publique pour essayer de boucler son budget : ces pratiques sont proches d'actes crapuleux, les actionnaires minoritaires pourraient un jour le faire valoir.
Enfin, petit détail : les 55 milliards d'€ cités couvrent le grand carénage (rénovation) des réacteurs, mais aussi le coût des mesures dites "post Fukushima" pour améliorer encore leur niveau de sûreté.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle