Pour 2015, L'Oréal veut poursuivre sa transformation amorcée l’an dernier

Numérique, développement durable, conquête de nouveaux consommateurs… Le numéro un mondial des cosmétiques entend renforcer les projets de "transformation" qu’il a engagés l’an dernier, dans un marché plus difficile.

Partager
Pour 2015, L'Oréal veut poursuivre sa transformation amorcée l’an dernier

Pour les chiffres, il faudra attendre les résultats annuels du groupe le 12 février. Mais L'Oréal a de nouveau "réussi à surperformer le marché l'année dernière, même si c'est cette fois de façon assez modérée", a annoncé le PDG du groupe Jean-Paul Agon en présentant ses vœux à la presse le 27 janvier.

Numéro un mondial des cosmétiques (23 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2013), le français a connu un développement "contrasté par divisions et par régions" l’an dernier, avec une belle année pour la cosmétique active (Vichy, La Roche-Posay…) et le luxe, mais plus difficile pour la division produits grand public (Garnier…).

En 2015, L’Oréal compte bien profiter d’un "environnement monétaire extrêmement positif pour le groupe" et poursuivre ses projets de transformation engagés en 2014. "Nous voulons être un leader, mais avec un esprit de challenger (...). Etre une grande entreprise, mais avec un esprit de start-up", insiste Jean-Paul Agon.

VIRAGE STRATÉGIQUE DANS LE DIGITAL

L’élément phare de cette transformation en 2014 ? La création d’une direction des activités digitales, avec la nomination en mars de la dynamique Lubomira Rochet, économiste franco-bulgare de 36 ans passée chez les pure players du web. En juillet, le groupe s’est offert NYX, une société américaine de produits cosmétiques à destination du grand public, présente uniquement sur le net.

Retrouvez ici notre interview de Jean-Paul Agon

Le groupe entend aussi poursuivre son programme international de développement durable "Sharing beauty with all", lancé en grande pompe en 2013. Un défi pour l’entreprise, qui avait pris du retard par rapport à son concurrent Unilever. Ambitieuse, elle veut "offrir une beauté sur mesure en répondant aux attentes spécifiques des consommateurs de chaque région du monde" et conquérir un milliard de nouveaux consommateurs (en plus du milliard qu’elle a déjà séduit) dans les dix à quinze ans à venir.

L’Oréal promet de réduire son empreinte environnementale de 60% pour 2020 dans la production (CO2, eau, déchets…). Le PDG veut aussi "que 100% de nos nouveaux produits apportent un bénéfice environnemental ou sociétal par rapport au produit précédent, et ce de manière mesurable". Partout dans le monde, l'entreprise va donner à ses salariés accès à une couverture santé "alignée sur les meilleures pratiques de leur pays", à la protection sociale et à la formation.

UNE NOUVELLE PATRONNE POUR L’INDUSTRIE

Côté industriel, si aucune nouvelle ouverture de site n’est prévue cette année, Barbara Lavernos, la directrice générale des opérations nommée en septembre 2014, ne devrait pas chômer. Seule femme patronne industrielle du CAC 40, celle qui a dirigé un temps l’usine de L’Oréal à Rambouillet parcourt actuellement le monde pour boucler en mai ou juin 2015 son tour d’horizon des 43 sites du groupe, confie-t-elle à L’Usine Nouvelle. Elle finalise également l’intégration des nouvelles marques et de leurs usines rachetées l’an dernier par L’Oréal (lire l’encadré), notamment celle du spécialiste de la coloration pour cheveux Niely au Brésil, et celle des masques pour la peau Magic en Chine.

L’INDÉPENDANCE GRÂCE AUX BETTENCOURT

Enfin, l'entreprise aura cédé en 2014 sa participation dans le laboratoire dermatologique Galderma, au profit de Nestlé. Les Bettencourt, famille fondatrice de L’Oréal, ont ainsi pu se renforcer au sein du capital du groupe. Cela va "dans le sens de la pérennité et de l’indépendance de notre entreprise", conclut Jean-Paul Agon, sans évoquer le "procès Bettencourt" qui vient de s’ouvrir à Bordeaux, considéré comme une affaire privée par le géant des cosmétiques…

Gaëlle Fleitour

En 2014, des cessions et acquisitions "très stratégiques" pour L’Oréal

Neuf mois après s’être désengagé de Galderma, un laboratoire suisse de dermatologie, L’Oréal a définitivement coupé en novembre ses liens industriels avec le groupe agroalimentaire suisse Nestlé. Tous deux ont mis fin à leur joint-venture à 50-50 dans les compléments alimentaires Innéov, dont le marché n’a finalement pas décollé comme ils l’espéraient en 2012.

2014 a aussi offert au français de nombreuses opportunités d’acquisitions. Il a repris à son concurrent japonais Shiseido les marques tricolores de soins professionnels Decléor et Carita. Grâce à la force de frappe du groupe, Carita va se renforcer à l’international et en particulier en Asie, avec une arrivée en Chine prévue pour 2016, tout en débarquant dans certains salons de coiffure Jean-Claude Biguine, son nouveau partenaire en France.

L’Oréal s’est aussi offert Magic, une pépite chinoise cotée à la Bourse de Hong Kong et spécialisée dans les masques et soins du visage, puis Niely, le premier fabricant indépendant de soins pour cheveux au Brésil. Le géant des cosmétiques ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin.

 

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Accessoires produits pharmaceutiques et cosmétiques

Bouchages DIN 18

FRAMEPACK

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

78 - Versailles

Gestion/exploitation du service « distribution multimédia à l'attention des visiteurs ». Lot 2

DATE DE REPONSE 17/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS