Possibles contrats français en Libye, dont des ventes de Rafale

PARIS (Reuters) - Dassault Aviation, Thales et le fabricant de missiles MBDA, filiale de BAE Systems, EADS et Finmeccanica, négocieraient toujours une vente du Rafale à la Libye, parmi d'autres contrats de défense aérienne.

Partager

Ces groupes sont à Tripoli depuis deux semaines pour négocier avec le patron des achats d'armement libyen, le général Abdurahman Ali Alsead, écrit le quotidien économique La Tribune, citant plusieurs sources concordantes.

Un système de défense anti-aérienne non armé serait également en négociation, tout comme un projet de modernisation de la marine libyenne, précise La Tribune.

Les négociations pourraient déboucher sur la signature d'un contrat avant le 11 août, mais le calendrier reste très imprévisible, explique le quotidien.

Personne n'était joignable dans l'immédiat chez Dassault Aviation pour commenter ces informations.

L'achat de Rafale par la Libye, évoqué lors de la visite de Mouamar Kadhafi à Paris, en décembre 2007, ne s'est pour l'instant pas concrétisé.

Le Rafale est un avion de combat qui a peiné à s'exporter ces dernières années.

Sur le marché international, le Rafale doit notamment faire face à la concurrence du F-18 de Boeing, du Gripen du Suédois Saab et de l'Eurofighter, construit par la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne.

Le ministre de la Défense français Hervé Morin a indiqué à la mi-juin que la vente des 60 avions de combats Rafale aux Emirats arabes unis était en cours de finalisation.

La France espère également remporter une victoire au Brésil en plaçant 36 avions de combat Rafale, Brasilia devant se prononcer d'ici fin juillet sur un appel d'offres de renouvellement de sa flotte d'avions de combat.

Marie Mawad, avec Helen Massy-Beresford, édité par Jean-Michel Bélot

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS