Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Portrait] Bruno Mettling, le "negociator" d'Orange

Christophe Bys , , , ,

Publié le

Bruno Mettling devient le président d’Orange Afrique. L’homme clé de l’opérateur compte en profiter pour relancer les conclusions de son rapport sur le travail à l’ère du numérique réalisé quand il était DRH.

[Portrait] Bruno Mettling, le negociator d'Orange
Bruno Mettling, ex- DRH d'Orange, est aujourd'hui président d'Orange Afrique.
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

En quittant ses fonctions exécutives pour devenir le président d’Orange Afrique, Bruno Mettling ne s’appesantit pas sur son bilan mais préfère vanter les qualités de son successeur, Alioune Ndiaye, un enfant du continent. "Il y avait comme un plafond de verre pour les dirigeants africains dans nos entreprises. On ne peut pas le déplorer sans jamais donner l’exemple." Il allie ainsi la théorie à la pratique, les paroles et les actes, et affirme qu’il sait négocier ses virages comme les aspirations des uns et des autres. Et si un bon négociateur sait toujours surprendre son interlocuteur, Bruno Mettling doit incontestablement en être un, tant il est à la fois affable et insaisissable, courtois et secret. "C’est une lame à double tranchant : il écoute, mais il sait ce qu’il veut et comment y parvenir", prévient Patrice Fonlladosa, le patron de Veolia Afrique et Moyen-Orient. Il est aussi fidèle. Lors de son discours de réception de la Légion d’honneur, il eut d’abord des mots pour sa mère et son père, mais n’oublia pas deux de ses mentors aujourd’hui sulfureux : Daniel Bouton, l’ancien PDG de la Société générale, et Dominique Strauss-Kahn, dont il préparait la candidature à l’Elysée en 2012 avant qu’elle soit stoppée net aux portes d’un Sofitel.

Le courage des missions difficiles

Mais l’homme n’est pas du genre à s’arrêter trop longtemps. Savoir ce que l’on doit et le dire, oui. Devenir prisonnier d’une dette, non, il aime trop le mouvement pour cela. Diplômé de l’IEP d’Aix-en-Provence et de la faculté de droit, il passe les concours administratifs et monte à Paris, comme on disait alors. Lui qui rêvait d’être "avocat ou prêtre", entre à la Direction du budget un peu par hasard puis à l’Inspection des finances. Il goûte aussi du cabinet ministériel auprès de plusieurs socialistes, puis entame une carrière dans le privé qui passe par la Caisse d’épargne, la Banque populaire et Orange donc, comme DRH en pleine crise sociale. "Il a eu le courage de prendre le job de DRH de France Télécom (devenu Orange) à un moment où il n’y avait pas beaucoup de volontaires", explique Sébastien Crozier, délégué syndical CFE-CGC au sein de l’entreprise. 

C’est peut-être ce goût du mouvement qui lui fit accepter à plus de 55 ans de reprendre en 2016 le poste de directeur général adjoint chargé de la zone Afrique et Moyen-Orient, quand d’autres auraient préféré faire fructifier leurs galons de pacificateur d’Orange, ou d’auteur du rapport "Transformation numérique et vie au travail", commandé par François Rebsamen et reçu par Myriam El Khomri, à peine nommée. Mais puisque Stéphane Richard le lui demandait et comme il avouait avoir envie de retrouver le rythme du business, il aura encore parcouru, en 2017, 380 000 kilomètres en avion et passé 100 nuits hors de son domicile.

Sa méthode ? Ce financier venu de Bercy la résume volontiers : "Une négociation, c’est une relation au temps. Il faut avoir une vraie écoute. Mes interlocuteurs m’ont souvent donné la clé, car même dans la pire diatribe, il y a toujours un moment de vérité." Pourtant, tout n’avait pas bien commencé : il se souvient avoir raté sa première négociation à Météo France. Il avait révélé trop vite son mandat. Résultat : une grève ! A écouter le délégué syndical, Bruno Mettling a bien appris. "Une fois l’entreprise apaisée, il a pu être redoutable. Il sait jouer des divisions entre les uns et les autres."

Son cheval de bataille, le numérique

Si certains lui reprochent de ne pas avoir réformé Orange en profondeur, le délégué syndical préfère rappeler qu’"il a arrêté la violence sociale et c’est beaucoup". Comme en écho, Bruno Mettling explique "ne pas pouvoir se résoudre à ce qu’en France on préfère trop souvent l’affrontement au dialogue". Patrice Fonlladosa estime que la méthode Mettling a aussi fonctionné en Afrique. à l’écoute et respectueux, "il savait aussi dire stop quand ses partenaires locaux allaient trop loin". Bruno Mettling quitte l’opérationnel, satisfait du résultat obtenu : le continent est la première zone géographique du groupe en nombre d’abonnés mobiles (loin devant la France), notamment grâce au "développement d’Orange money et des services data", indique-t-il. Là aussi, ses talents de négociateur et sa connaissance des arcanes de la politique ont fait mouche.

Le numérique fait partie de ses convictions. Margaux Cals, chef de projet digital, qui a participé à une opération de mentorat inversé (reverse mentoring) du Comex d’Orange autour du réseau social Plazza témoigne : "Curieux, il ne rechigne jamais à mettre les mains dans le cambouis." De retour à Paris, il compte reprendre le combat pour que l’impact du numérique dans le travail soit enfin pris en compte. Il estime qu’entreprises et partenaires sociaux ne se sont pas assez emparés des conclusions de son rapport. Il compte donc les rappeler à l’ordre. Mais sans éclat de voix et avec diplomatie, évidemment. 

EN QUELQUES MOTS

"Anticiper" C’est selon lui le mot le plus important pour les RH. L’une de ses fiertés est d’avoir accompagné des centaines de salariés d’Orange dans leur changement de métier.

"Province" Il a grandi en partie en Provence, mais son refuge aujourd’hui se situe dans le Loir-et-Cher, où il dit aller se ressourcer.

"Travail" S’il se dit « fainéant contrarié », il pense qu’il est essentiel de reparler de travail, de sa réalité. « Le problème de l’emploi écrase la question du travail », regrette-t-il.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus