Port méthanier du Verdon : le débat est lancé

Partager

« Nous sommes neutres et impartiaux. » Précautions oratoires de Louis-julien Sourd, le président de la commission particulière du débat public du projet du terminal méthanier du Verdon, en cette fin de matinée, lors d'une conférence de presse qu'il organisait, entouré des quatre autres membres de la commission. Des précautions qui ne sont pas de trop, tant le dossier suscite de controverses.

La polémique bat son plein autour de l'éventuelle implantation d'un terminal méthanier qui recevra du gaz naturel liquéfié avant de le transformer en gaz destiné à l'approvisionnement de la région du Sud-ouest et au-delà. Un projet porté par la société 4Gas qui a jeté son dévolu sur le port du Verdon en Gironde.

Un investissement de 450 millions d'euros pour l'installation de deux cuves, d'une unité de regazéification et d'une unité de production d?azote. A la clef, une petite cinquantaine d'emplois et une centaine d'emplois induits. 4Gas a déjà passé une convention avec le Port autonome de Bordeaux pour bloquer le terrain de 19,5 hectares. Autant dire que dans l'institution portuaire, on se frotte les mains. Le terminal méthanier devrait apporter un trafic de 2 millions de tonnes par an. Sans compter toutes les retombées fiscales non négligeables pour les collectivités.

Le hic ? Il va passer de l'eau sous les ponts avant que le projet ait des chances d'aboutir. Il suscite un tir de barrage de la part des habitants de la pointe du Médoc, des élus qui voient leur politique touristique sabordée par une telle installation. Cet été, les opposants au terminal méthanier ont reçu l'appui d'un poids lourd. Dominique Bussereau, le secrétaire d'état aux Transports, ne s'est pas gêné pour dire haut et fort son opposition au projet, allant même jusqu'à proposer un autre site, le port de La Rochelle.

Emoi dans le Landerneau girondin. Louis-Julien Sourd, lui, ne mâche pas ses mots : « Les déclarations de Dominique Bussereau n'étaient pas opportunes. Je lui ai fait savoir qu'il ne s'agissait pas de donner une décision ministérielle. Ce n'est pas le Conseil des Ministres qui tranchera », a lâché, d'une voix ferme, lors de sa conférence de presse, l'ingénieur général honoraire du génie rural des Eaux et forêts. De son côté, Henk Jonkman, directeur général de 4Gas, ne se laisse pas démonter : « Nous avons six projets en cours de terminal méthanier dans le monde. On a vu des oppositions », indique t-il.

Neuf réunions publiques sont programmées d'ici le 14 décembre prochain. « Le débat va être utile. Chacun s'exprimera. Ce n'est pas la guerre », promet Louis-Julien Sourd.

De notre correspondante en Aquitaine, Colette Goinère

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS