Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Pollution aux particules : le charbon allemand et le chauffage au bois sont aussi responsables

Ludovic Dupin , , , ,

Publié le

Le diesel n’est pas seul responsable des fortes concentrations de particules dans l’atmosphère. La forte utilisation du charbon en Allemagne et le chauffage urbain y contribuent également.

Pollution aux particules : le charbon allemand et le chauffage au bois sont aussi responsables © Guy Goreck - Flickr c.c.

Dans l’épisode de pollution qui touche plus de la moitié du territoire français, les transports individuels, les véhicules diesel en particulier, sont pointés du doigt. Les mesures prises en témoignent : gratuité des transports en commun et obligation pour les routiers de contourner Paris. Mais, ces derniers jours, un facteur aggrave la situation. Soumis à un léger flux d’air venant du nord-est, l’Hexagone voit se rabattre des masses d’air venues d’Allemagne.

Or depuis l’engagement de sa transition énergétique et sa sortie du nucléaire, l’Allemagne recourt de plus en plus au charbon, un combustible très émetteur de CO2 mais aussi de particules fines. En 2013, l’Allemagne a produit près de 162 milliards de KWh grâce à ses usines thermiques au charbon, soit une hausse de 6,5 % pour atteindre 44% de son mix électrique. C’est le plus haut niveau atteint depuis 1990, date de la réunification de la RFA et de la RDA. La France a aussi vu sa production à base de charbon progresser de 14 % en 2013, mais cette source ne compte que pour 3,6% du mix électrique.

68 % de particules importées

Si l’on en croit une étude d’Airparif, la pollution ne connaît pas de frontière. Pour ce qui concerne l’Île-de-France (hors du trajet du périphérique), 68 % de la pollution en particules fines est importée depuis d’autres régions, voire d’autres pays. Nul doute que la contribution de l’industrie énergétique allemande à l’épisode de pollution actuel est non négligeable.

Une autre source importante de concentration des particules en hiver est le chauffage. Toujours selon Airparif, le chauffage résidentiel et tertiaire est responsable de presque 22 % des émissions de particules, à comparer aux 25 % issus du trafic routier (hors du trajet du périphérique). Le mix de chauffage en France place en tête le gaz (29%), puis l’électrique (26%) et le fioul (24%). Le bois ne compte que pour environ 10% du chauffage résidentiel mais représente pour près de 84% des émissions de particules fines.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

17/03/2014 - 11h35 -

Enorme confusion dans cet article : vous parlez du "chauffage urbain" dans le paragraphe introductif. Le chauffage urbain, c'est le service fourni par les réseaux de chaleur : une chaleur produit de façon centralisée, dans des installations ultra-contrôlées, soumises à des normes d'émission très strictes. Alors que ce qui est à l'origine des émissions de particules, c'est le chauffage individuel au bois (foyers ouverts, appareils peu entretenus, combustion non optimale...). L'intérêt de l'exploitation du bois-énergie par les réseaux de chauffage urbain plutôt que par des installations individuelles est justement ici : on contrôle beaucoup mieux les nuisances et impacts, notamment sur la qualité de l'air.
Répondre au commentaire

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus