Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Polémique sur les futurs tarifs de l'électricité

,

Publié le

Le débat sur la réforme du marché de l'électricité a enflé mercredi sur la question épineuse des tarifs après une audition à huis-clos des présidents de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) et d'EDF à l'Assemblée nationale.

Polémique sur les futurs tarifs de l'électricité

Selon un document de la Commission de régulation de l'énergie que se sont procuré plusieurs agences de presse, le projet de loi NOME visant à réformer le marché de l'électricité « devrait provoquer une forte hausse des tarifs pour les particuliers ».

Cette hausse résulterait du prix de cession de l'électricité d'origine nucléaire qu'EDF devrait garantir à ses concurrents (Direct énergie, GDF Suez, Poweo...). Pour les concurrents de l'électricien public, l'enjeu de la réforme consiste à obtenir le prix le plus bas possible pour pouvoir proposer des offres compétitives. Le texte pourrait imposer à EDF, dont la part du marché français de l'électricité dépasse 95%, la revente de jusqu'à 25% de son électricité d'origine nucléaire aux nouveaux entrants. Ces dernières semaines, le prix envisagé tournait autour de 44 euros le mégawattheures (MWh). Selon une « source parlementaire », EDF aurait évoqué le chiffre de 42 euros: « En dessous, ça ressemble à du pillage », aurait déclaré le PDG d'EDF Henri Proglio mercredi lors d'une audition à huis clos devant la Commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.

Si EDF obtenait un prix de 42 euros, il faudrait donc relever les tarifs bleus (particuliers et petits professionnels) de 11,4% une fois la réforme votée, puis de 3,5% par an entre 2011 et 2025, selon les projections de la CRE.

Du côté des tarifs consentis aux entreprises (appelés à disparaître en 2015), la hausse serait de 14,8% puis de 3,7% par an entre 2011 et 2025 pour les tarifs jaunes et verts (destinés aux entreprises), selon la CRE .

Manque d’investissement dans le parc nucléaire

Henri Proglio aurait justifié la demande d'EDF par les importants investissements que doit consentir EDF pour renouveler et développer son parc nucléaire. Il évalue les besoins d'investissement aux alentours de 600 millions d'euros par réacteur nucléaire sur 20 ans (et non plus 400 millions d’euros), soit un total de 35 milliards d'euros au lieu des 23 milliards jusqu’à présent anticipés. Pourquoi cette brutale hausse des investissements ? «EDF n'a, pendant une dizaine d'années, pas assez investi dans son parc de centrales nucléaires, dans l'amélioration de sa productivité générale ou dans une stratégie de contrôle de ses coûts», indique l’éditorialiste David Barroux des Echos. « L'électricien, qui n'investissait qu'une poignée de centaines de millions d'euros par an dans ses centrales, doit maintenant débourser près de 4 milliards d'euros par an. », poursuit-il.

42 euros pour EDF, 38 euros pour la CRE

Pour décortiquer ce tarif de 42 euros, la CRE s'est quant à elle basée sur l'exposé des motifs du projet de loi. Il prévoit que le prix de l'accès régulé à l'électricité de base qui sera fourni par EDF à ses concurrents soit « cohérent avec le prix facturé aux clients bénéficiant du tarif réglementé transitoire d'ajustement du marché » (Tartam), un tarif spécifique pour les entreprises de 42 euros par MWh.

Le régulateur part du principe que l'accès régulé à la base ne couvrira que 80 % de l'approvisionnement en base des concurrents d'EDF : ils devront acheter les 20 % restant sur le marché. Avec un prix de marché de 55 à 60 euros le MWh, un prix de l'accès régulé à la base cohérent avec ces 42 euros serait à environ 38 euros le MWh, selon son président Philippe de Ladoucette. Or, la CRE rappelle le coût actuel de l'électricité de base d'origine nucléaire  est de 30,9 euros/MWh.

C’est sur la base des 42 euros, que la CRE estime que les tarifs résidentiels pourraient augmenter de 11,4 % d'ici à 2011. Dans son propre scénario de 38 euros, la hausse serait limitée à 7,1 %.

Aussitôt, le ministère de l'Energie a catégoriquement démenti « les rumeurs relatives aux tarifs de l'électricité », ajoutant : « Le gouvernement est responsable de la détermination des tarifs réglementés et nul autre n'a autorité aujourd'hui pour établir des orientations à ce sujet. »

La loi Nome devait initialement entrer en application au 1er juillet mais elle n'est désormais pas attendue avant janvier 2011. Elle doit être examinée en première lecture à l'Assemblée nationale le mois prochain.

Lire aussi :
Electricité : deux parlementaires à l’assaut de la pointe
Un rapport dénonce la qualité des réseaux de distribution électrique, et suggère d'ouvrir le capital d'ERDF
Démantèlement des centrales nucléaires : rallonge de 5 ans pour EDF
Exeltium : les industriels livrés par EDF dès le 1er mai



 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

15/05/2010 - 13h35 -

Pour permettre à la concurrence de s'exercer il faut un moratoire: plus de marchés de nouvelles centrales nucléaires, ni de barrages, ni d'éolien, ni de photovoltaïque, ni de géothermique attribués à EDF en France pendant une période de 5 ans renouvelables et bien sûr pas d'aventures internationales globales sauf soumissions ponctuelles ou alliances. Cela laissera le temps à EDF de restaurer et d'améliorer son réseau et d'effectuer les travaux de maintenance et de modification des installations en place. (ERDF dans le même sac... heuh... pardon le même bateau...)
Répondre au commentaire
Nom profil

15/05/2010 - 09h56 -

Je voudrais entendre le même raisonnement sur les marchés pétroliers! Remplacer "EDF" par "TOTAL" ...et croire encore à une baisse des prix
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle