Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Poitou-Charentes : Leroy-Somer, pilier de la mécatronique

,

Publié le

Enquête Pour les sous-traitants, le numéro un mondial des alternateurs pour l’industrie développe une stratégie de régionalisation.

Poitou-Charentes : Leroy-Somer, pilier de la mécatronique © D.R.

L’entreprise de fabrication de moteurs électriques, créée en 1919 à Angoulême par Marcellin Leroy, reste le phare de l’industrie charentaise. Filiale du groupe américain Emerson depuis 1990, Leroy-Somer exploite sept usines réparties autour d’Angoulême, qui emploient 2 200 salariés. Numéro un mondial des alternateurs pour l’industrie, et leader français des moteurs électriques, le groupe a réalisé l’an passé un chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euros, à hauteur de 80% à l’étranger.

« Leroy-Somer est, avec Saft et Schneider, l’un des piliers de la filière mécatronique, l’une des deux filières majeures d’Angoulême avec les activités de l’image », explique Philippe Lavaud, le maire (PS) et président de la communauté d’agglomération d’Angoulême. Signe du poids de Leroy-Somer dans l’agglomération, c’est son ancien PDG, Georges Chavanes, qui redressa les finances de la ville lors de son mandat de maire entre 1989 et 1997.

Le cortège des fournisseurs et des sous-traitants locaux recouvre une large palette d’activités. « Nous avons de 400 à 500?fournisseurs en Poitou-Charentes, de la TPE de 10 salariés à la PME de 150 emplois, et nous faisons travailler environ 3 000 personnes de façon régulière, sans préjudice des collaborations plus ponctuelles », estime Thierry Colom, le directeur des achats de l’entreprise. Du nettoyage des locaux à la maintenance informatique, les prestataires de services sont nombreux.

Impact écologique réduit

Pour les sous-traitants, Leroy-Somer développe une stratégie de régionalisation. « Les avoir près du lieu de production réduit l’impact écologique lié au transport, assure Philippe Faye, le responsable de la communication. Cela nous assure un meilleur contrôle des délais, ainsi qu’une flexibilité que l’on ne peut obtenir qu’avec des fournisseurs locaux, notamment lorsqu’il s’agit de petites séries. »

Christian Charpentier dirige Bobinage industriel chatelleraudais (Bic), une PME de 20 salariés qui assure le bobinage d’alternateurs et de moteurs électriques et travaille sur des pièces de grande dimension, qui pèsent jusqu’à une tonne. « Nous sommes l’un de leurs principaux sous-traitants sur ce type de prestations, qui représente 75% de notre chiffre d’affaires de 1 million d’euros. Nous travaillons pour eux depuis vingt ans. Ce sont des clients très exigeants en matière de délais comme de qualité, mais travailler pour Leroy-Somer reste une référence. »

Même son de cloche chez AMS, une PME de 25 salariés spécialiste de l’injection plastique située à Anais (Charente), près d’Angoulême. « Leroy-Somer représente 12% de nos 6 millions de chiffre d’affaires, relève le PDG, Jean-Louis Sutre. C’est un de nos grands comptes avec Schneider. C’est un client majeur et une référence. Néanmoins, nous veillons à ne pas être trop dépendants d’eux. »

Les principaux investissements en cours

  • L’usine Délipapier entrera en service début 2014 à Ingrandes (Vienne). Le groupe italien y produira papier toilette, essuie-tout, et papiers sanitaires pour les collectivités. L’investissement se monte à 40 millions d’euros. Au total, Délipapier prévoit d’injecter 120 millions.
  • Le suisse Holcim construit une cimenterie à La Rochelle (Charente-Maritime). Fin des travaux prévue à la fin de l’année. Construite sur le port de la Pallice, cette unité d’une capacité annuelle de 580 000 tonnes a coûté 70 millions d’euros.
  • Hennessy, le numéro un mondial du cognac, va édifier un nouveau site d’embouteillage et de nouveaux chais pour une enveloppe de l’ordre de 20 millions d’euros. De quoi doubler sa capacité de production à Cognac (Charente).
  • Rémy Martin, le numéro deux du cognac, construit également de nouvelles lignes d’embouteillage et un chai de 40 000 hl sur son site de Merpins (Charente), près de Cognac, pour 30 millions d’euros. L’objectif étant d’augmenter la capacité de production de 30%.

 

Réagir à cet article

Dans la même rubrique

PME-ETI Pour le 20e volet de notre série, bienvenue chez ce spécialiste des produits de contraste pour[…]

|

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle