PME et ETI interpellent François Hollande sur le financement de l’industrie

Le candidat socialiste a tenu son premier meeting de campagne présidentielle le 4 janvier, à Mérignac (Gironde). L’occasion pour lui de traiter de la réindustrialisation de la France, un thème phare de la campagne. Il a pu auparavant affiner ses arguments en rencontrant plusieurs PME et ETI industrielles de la région.
Partager
PME et ETI interpellent François Hollande sur le financement de l’industrie

Il n’a pas encore dévoilé son programme complet, prévu pour la fin janvier, mais il en énonce déjà quelques pistes. François Hollande, le candidat du Parti Socialiste, a tenu son premier meeting de campagne hier soir à Mérignac, en Gironde, au cours duquel il a réitéré sa volonté de mettre en place un pacte productif. "Il faut dire comment nous allons accompagner les PME pour devenir exportatrice, il faut les accompagner sur le plan fiscal, dans la recherche de capitaux", a déclaré le candidat.

Autant de thèmes qu’il a abordé au cours de la journée d’hier avec des PME et ETI (entreprise de taille intermédiaire) industrielle de la région. Après la visite de l’usine d’ASTF, un sous-traitant de l’aéronautique spécialisé dans la chaudronnerie, et du site de Serma Technologies, une société d’ingénierie, François Hollande s’est entretenu pendant une heure et quart avec 25 entrepreneurs industriels de la région Aquitaine réunis par Alain Rousset, le président PS du conseil régional.

Plusieurs filières industrielles étaient représentées autour de la table ronde (énergies renouvelables, industrie du bois, aéronautique, électronique, etc.) afin d’aborder les problématiques des PME avec le candidat. Avec pour thème fédérateur, la difficulté du passage de la PME à l’ETI, qui requiert des financements difficiles à trouver.

"Les banques ne jouent pas le jeu"

"Il est fondamental que les PME passent au stade d’ETI et pour cela, elles doivent être aidées à l’export, elles doivent travailler en réseau, mais il faut aussi que les banques soient moins frileuses", explique Marc Dus, le directeur des opérations du groupe Serma Technologies, une ETI de 64 millions d’euros de chiffre d’affaires prévisionnel en 2011, avec 650 salariés, implantée en France, en Allemagne, en Tunisie et au Royaume-Uni. "Il y a un sentiment général que les banques ne jouent pas le jeu, reprend-il. Les industriels présents proposaient que la Caisse des dépôts, l’Etat et les banques, trouvent un accord pour financer les projets industriels sans se limiter à la prise en compte des ratios financiers. Il faut être capable de prendre un risque industriel."

De même, les industriels ont souligné l’importance de la continuité des aides publiques à l’industrie. En citant l’exemple du photovoltaïque, dont la filière a été très impactée par le revirement du gouvernement sur les tarifs de rachat de l’électricité. François Hollande a d’ailleurs indiqué aux entrepreneurs être partisan de maintenir l’une des aides phares au entreprises, le Crédit d’impôt recherche, mais en l’orientant plus vers les PME que vers les grands groupes.

Sur toutes les thématiques soulevées par les chefs d’entreprises, François Hollande s’est révélé être "à l’écoute". "Ce que nous espérons maintenant, c’est qu’il se serve de ces échanges pour affiner sa stratégie", conclut Marc Dus.

1 Commentaire

PME et ETI interpellent François Hollande sur le financement de l’industrie

Broquere
07/01/2012 09h:31

Avant d'emprunter la priorité est la rentabilité pour un industriel ! Mais c'est un mot étrange pour un fonctionnaire quand on constate la dette de la France.

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS