Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Plutôt que de retourner aux Etats-Unis, PSA envisage le Canada

, , ,

Publié le

Vu sur le web A cause de la menace de taxes sur les voitures importées brandie par Donald Trump, le groupe français PSA pourrait abandonner son projet de retour aux Etats-Unis, au profit du Canada, selon Radio Canada.

Plutôt que de retourner aux Etats-Unis, PSA envisage le Canada
PSA pourrait abandonner son projet de retour aux Etats-Unis, au profit du Canada
© Dominique Pizzalla - PSA

Si les Etats-Unis mènent à bout leur projet d'imposer 25 % de taxes supplémentaires sur les voitures importées, le constructeur français PSA Peugeot Citroën pourrait bien abandonner son projet de retour outre-Atlantique... au profit du Canada, relate le media Radio Canada le 18 juillet.

"Les taxes douanières auraient un impact sur le calendrier de notre retour sur le marché américain et le coût" d'un tel projet, selon le patron de PSA en Amérique du Nord, Larry Dominique.

Profiter de l'accord de libre-échange au Canada

Alors que PSA a quitté en 1991 les Etats-Unis, Carlos Tavares, le président du directoire de PSA (qui détient les marques Peugeot, Citroën, DS, Opel/Vauxhall) avait annoncé il y a deux ans le retour américain du groupe pour 2026, dévoilant un plan sur dix ans. Il prévoyait trois étapes : développer d'abord des services de mobilité, puis fournir des voitures du groupe à ces opérateurs de mobilité et, en cas de succès, démarrer la vente des voitures au grand public.

La menace du président Donald Trump d'imposer 25 % de tarifs douaniers supplémentaires sur les importations de véhicules et de pièces automobiles pourrait donc contrecarrer le projet de PSA de lancer un service d'autopartage dans une ou deux villes américaines dès cette année.

Selon Larry Dominique, un nouveau traité de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne, annoncé comme favorable aux importations de voitures, pourrait inciter PSA à effectuer son retour nord-américain du côté canadien.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

28/08/2018 - 17h10 -

C est vraiment le dieu des crétins Trump....
Répondre au commentaire
Nom profil

13/09/2018 - 00h46 -

Bah non, il fait juste du protectionnisme, ce qui est dans son droit. Cela ne fait pas nos affaires, c'est tout. C'est dommage mais c'est comme ça :/
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle