Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Plusieurs offres de reprise pour l'usine Fenwal

, , ,

Publié le

Fresenius Kabi, propriétaire de l'usine Fenwal, à Lacs (Indre), est en contact avec cinq repreneurs potentiels. Le français Pharmadyne serait sur les rangs.

Plusieurs offres de reprise pour l'usine Fenwal © DR

Au moins cinq candidats sont intéressés par tout ou partie de l'usine Fenwal, à Lacs, près de La Châtre (Indre). Ce fabricant de poches de sang est la propriété de l'allemand Fresenius Kabi, qui a annoncé en octobre l'arrêt de cette fabrication "non rentable" et la suppression de 338 postes.

Parmi les repreneurs potentiels, le français Pharmadyne, concepteur et fabricant de médicaments génériques, prévoit le maintien des 460 emplois du site. Pharmadyne projetterait de développer des poches de médicaments injectables.

De son côté, la direction de Fenwal confirme "avoir reçu plusieurs marques d'intérêt", mais garde des annonces plus précises pour le comité d'entreprise et les salariés lorsqu'il s'agira d'offres fermes. "Ces fuites font naitre de faux espoirs", déplore par ailleurs une source proche du dossier.

L'allemand Fresenius Kabi continue de croire au maintien d'une activité de dispositifs médicaux sur place, en l'occurrence des appareils assurant la sécurité des transfusions sanguines. Cette activité représente 123 postes.

3 mois de négociations

Le 16 octobre dernier, Fresenius Kabi avait créé la stupeur et la colère des salariés et des élus locaux en annonçant l'arrêt de la production de poches de sang en France, entraînant la suppression de 338 postes sur 461 à La Châtre.

Depuis trois mois, les négociations se poursuivent. Et le gouvernement s'est emparé du dossier. La direction maintient son projet, mais elle a promis de ne licencier aucun salarié avant le 30 juin prochain, afin de permettre à d'éventuels repreneurs de se positionner.

Le collectif des salariés de Fenwal appelle à manifester mercredi à Paris devant l'ambassade d'Allemagne.

Stéphane Frachet
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle