Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Plusieurs modèles d'implants mammaires en passe d’être interdits en France

Julien Cottineau

Publié le

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pourrait très vite annoncer l’interdiction de plusieurs modèles d’implants mammaires en raison de risques de cancers.

Plusieurs modèles d'implants mammaires en passe d’être interdits en France
Plusieurs implants mammaires pourraient être interdits en France.
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Une décision sera rendue "prochainement". L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) se refuse à préciser davantage le délai. La décision attendue concerne la possible interdiction, en France, de plusieurs modèles d’implants mammaires utilisés en chirurgies esthétique et reconstructrice.

Les implants concernés utilisent des enveloppes texturées et les implants polyuréthane. Le souci concerne les risques, déjà connus, de développement de certains cancers, en particulier le lymphome anaplasique à grandes cellules. Fin 2018, l’ANSM avait déjà interdit le recours à la texture Biocell d’Allergan, suite au non renouvellement du marquage CE de ce produit. Par ailleurs, l’agence recommande aux professionnels de santé, depuis le 21 novembre 2018, d’utiliser des implants mammaires à enveloppe lisse.

Aucune décision n’a encore été prise

Selon plusieurs médias citant l’AFP, quelques implants spécifiques des Laboratoires Sebbin, Polytech ou encore GC Aesthetics seraient concernés par une potentielle interdiction. L’ANSM n’a pas confirmé à ce stade, et souligne qu’aucune décision n’a encore été prise.

Le projet d’interdiction découle d’un avis rendu le 8 février par un comité d’experts indépendants, lequel a permis d’auditionner des patientes et des professionnels de santé, relate l’ANSM. Que ce soit en chirurgie esthétique ou reconstructrice, le recours à des implants texturés n’est pas considéré comme indispensable, même si la texture peut constituer un bénéfice avéré, notamment en termes de stabilité ou d’expansion tissulaire, rapporte l'agence. A la suite de son avis, le comité n’a toutefois pas recommandé l’explantation préventive de ces implants texturés.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle