Une douzaine de consortiums en lice pour ADP, dont un mené par Vinci

Au moins trois consortiums ont été constitués en vue de présenter une offre pour le rachat de la participation de l'Etat dans ADP, anciennement Aéroports de Paris, qui figure parmi les premières opérations de privatisation prévues au cours de l'année 2019, apprend-on de trois sources proches du dossier.

Partager

Une douzaine de consortiums en lice pour ADP, dont un mené par Vinci
Au moins trois consortiums ont été constitués en vue de présenter une offre pour le rachat de la participation de l'Etat dans ADP, anciennement Aéroports de Paris, qui figure parmi les premières opérations de privatisation prévues au cours de l'année 2019, apprend-on de trois sources proches du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier

La part de 50,6% de l'Etat du capital d'ADP devrait être mise en vente en 2019 dans le cadre d'une opération qui pourrait atteindre 10 milliards d'euros sur la base de la capitalisation boursière actuelle de l'opérateur aéroportuaire. La privatisation d'ADP devrait contribuer, avec Engie et Française des Jeux, à financer le Fonds pour l'innovation de rupture, un fonds public de 10 milliards d'euros, créé en début d'année.

Vinci in, Atlantia out ?

Trois consortiums se sont constitués, selon des sources proches du dossier, dont l'un est mené par le fonds basé aux Etats-Unis, Global Infrastructure Partners (GIP), l'autre par Vinci et le troisième par le fonds australien IFM.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le groupe coté à Milan Atlantia a aussi envisagé de participer à l'appel d'offres en prenant la tête d'un quatrième consortium. Mais ce projet pourrait être remis en cause par l'effondrement d'un viaduc autoroutier à Gênes qui a fait 38 morts au dernier bilan, selon des banquiers et analystes. Atlantia pourrait manquer de trésorerie si Rome impose des mesures punitives à sa filiale Autostrade, opérateur du viaduc, et sa direction pourrait être trop occupée par les implications de la catastrophe pour s'intéresser à autre chose.

Quant à Vinci, Reuters a rapporté en juin que le groupe français, qui détient 8% du capital d'ADP, a proposé à des fonds de pension de s'associer à une éventuelle offre. Il n'était pas possible de savoir dans l'immédiat si Vinci avait pu intégrer l'un des fonds contactés dans un consortium. Les sociétés citées ont refusé de commenter ou n'étaient pas disponibles dans l'immédiat pour faire un commentaire.

Une douzaine de groupements en lice

Selon l'une des sources, au moins une douzaine de consortiums participeront au premier tour de l'appel d'offres, ajoutant que chacun d'entre eux inclurait un spécialiste aéroportuaire ou un fonds ayant déjà des actifs dans le secteur. Des investisseurs spécialisés dans les infrastructures, des fonds de pension canadiens et américains, de grands assureurs européens et des fonds du Moyen-Orient devraient également présenter des offres de rachat, dont certains dans le cadre de consortiums plus larges, précisent les sources.

L'examen à l'Assemblée nationale du projet de loi "Pacte" permettant la privatisation d'ADP doit commencer à la rentrée, en vue d'une adoption à la fin de l'année ou début de 2019. Mais son examen pourrait être décalé en raison des perturbations du calendrier parlementaire consécutives à l'affaire Benalla, a laissé entendre Bruno Le Maire.

Avec Reuters (par Clara Denina et Arno Schuetze, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Yves Clarisse)

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS