Plus que jamais, c'est aux Etats-Unis que bat le cœur du pétrole

Ces derniers temps, les cours du brut sont largement influencés par les Etats-Unis. Son président va multiplier les dérogations pour permettre à l'Iran d'exporter son pétrole.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Plus que jamais, c'est aux Etats-Unis que bat le cœur du pétrole

"Je ne veux pas faire monter les prix à 100 ou 150 dollars", a affirmé le président américain, Donald Trump en conférence de presse au lendemain des élections de mi-mandat. L’enjeu est bien trop important. Ne voulant pas faire bondir le marché pétrolier, avec un embargo total sur les exportations iraniennes de pétrole, imposées le 5 novembre, le président américain a préféré accorder des dérogations pour six mois, autorisant huit pays, dont la Chine et l’Inde, à importer du pétrole iranien. Les analystes estiment que ces sanctions réduiront les exportations de l’Iran d’un million de barils par jour (bpj), soit un impact comparable aux sanctions appliquées par le président Obama.

Production à plein régime

Dans le même temps, l’industrie pétrolière américaine tourne à plein régime, avec un nouveau record de 11,6 millions de barils d'or noir chaque jour. Face à cette augmentation de la production, plus rapide que prévue, "le département de l'Energie prévoit désormais une hausse à 12 millions de barils (bpj) au deuxième trimestre 2019. Ce qui n'était pas prévu avant fin 2019", rappelle Commerzbank.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Selon les données hebdomadaires de l'Agence américaine d'information sur l'Énergie, les stocks de brut des Etats-Unis, premier consommateur mondial, n'ont cessé d'augmenter ces dernières semaines, signe que l'offre dépasse amplement la demande. Pour la semaine achevée le 2 novembre, les réserves commerciales de brut ont gonflé de 5,8 millions de barils pour s'établir à 431,8 millions, alors que les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient une hausse de seulement 2 millions de barils.

Sylvie Rantrua

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS