Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Plus de six Français sur dix favorables à une sortie de l'atome

Publié le

Dans un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche, 62% des Français interrogés se disent favorables à un arrêt progressif "sur 25 ou 30 ans" du nucléaire. Ils n'étaient que 51 % mi-mars, quelques jours après le tsunami qui a balayé le nord-est de l'archipel japonais.

Plus de six Français sur dix favorables à une sortie de l'atome © Paysages du temps - Flickr - C.C.

Seuls 22% estiment que la France doit "poursuivre son programme nucléaire et construire de nouvelles centrales", contre 30% il y a trois mois, indique le JDD. Les sympathisants de l'UMP eux-mêmes, généralement pro-nucléaires, souhaitent majoritairement (55%) un abandon de l'atome d'ici vingt-cinq à trente ans.
 

La question posée
Souhaitez-vous que la France...?
- Arrête rapidement son programme nucléaire et de faire fonctionner ses centrales ( 15%)
- Arrête progressivement sur 25 ou 30 ans son programme nucléaire et de faire fonctionner ses centrales (62%)
- Poursuive son programme nucléaire et construise de nouvelles centrales (22%)
- Ne se prononcent pas (1%)
C'est la question qui a été posée lors de cette enquête réalisée du 1er au 3 juin 2011 sur un échantillon de 1 005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
En réaction, la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet a estimé dimanche que "la meilleure énergie c'est celle qu'on ne consomme pas", soulignant que "le nucléaire fait partie du bouquet énergétique". Elle était interrogée sur France 2 sur le sondage en question. Quant à la sortie du nucléaire, la ministre a répondu : "Je ne crois pas que ce soit possible et je crois que le nucléaire fait partie du bouquet énergétique". "En revanche, ce dont je suis convaincue, c'est qu'on peut faire beaucoup plus fort sur la sobriété énergétique", a-t-elle poursuivi.

Sortir du nucléaire ne serait "pas une bonne chose pour la France" et coûterait "très cher", a pour sa part déclaré le ministre de l'Energie Eric Besson dimanche. "Il n'est pas impossible de sortir du nucléaire, il faut juste dire qu'on est prêt à le payer cher, très cher", a fait valoir le ministre, interrogé sur France 5.

"Si nous décidions de sortir du nucléaire, même progressivement, il faut avoir l'honnêteté de dire aux Français : c'est possible, ça coûtera très cher, vous acccroîtrez la dépendance énergétique et on enverra dans l'atmosphère plus de gaz à effet de serre", a-t-il insisté.

"On ne peut pas être schizophrène", a encore mis en garde le ministre. En argumentant que "80% (des Français)" sont "contre une électricité plus chère"."Le risque nucléaire est en France bien maîtrisé", a réaffirmé Eric Besson, ajoutant ne "rien voir dans l'accident de Fukushima qui justifie de remettre en cause ce postulat".  "S'il doit être révisé à la hausse, il le sera", a-t-il assuré. Il renvoyait aux conclusions de l'audit sur la sûreté des centrales françaises attendues mi-novembre.

 
 

Réagir à cet article

Les entreprises qui font l'actu

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus