Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Plus de 9 personnes sur 10 respirent un air de mauvaise qualité selon l’OMS

Pierre Monnier

Publié le

Dans un rapport, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) indique que 92% de la population mondiale vit dans des zones où la qualité de l’air est trop basse. L’Afrique et l’Asie sont les zones les plus touchés par la pollution ambiante. Chaque année, 3 millions de morts sont imputables à la qualité de l’air extérieur.

Plus de 9 personnes sur 10 respirent un air de mauvaise qualité selon l’OMS
La pollution extérieure tue trois millions de personnes chaque année.

92% de la population vit dans des endroits où l’air n’est pas de bonne qualité. C’est ce qu’affirme l’Organisation mondiale de la santé (OMS) d’après ses derniers relevés, réalisés grâce à un nouveau modèle de collectes. Développé avec l’Université de Bath, au Royaume-Uni, ce modèle s’appuie sur des mesures prises par satellites, des modèles de transport aérien et des moniteurs de stations au sol dans plus de 3 000 villes.

3 millions de morts par an

"Une action rapide pour faire face à la pollution atmosphérique est nécessaire d’urgence", assure le docteur Maria Neira, la directrice du département Santé publique de l’OMS. Car chaque année, 3 millions de décès sont liés à la pollution de l’air ambiant (extérieur). Un chiffre qui grimpe jusqu’à 6,5 millions de morts par an en ajoutant la pollution de l’air intérieur, soit plus de 10% des décès dans le monde.

Un air jugé de bonne qualité par l’OMS doit contenir moins de 10 microgrammes de particules PM 2,5 (des particules d’un diamètre inférieur à 2,5 micromètres). Les PM 2,5 comprennent des polluants comme le sulfate, les nitrates et le carbone noir. Ces particules pénètrent profondément dans les poumons, ce qui représente "un risque grave pour la santé humaine", décrit l’OMS.

Les zones les plus touchés se situent en Afrique et en Asie, avec des relevés supérieurs à 70 microgrammes de PM 2,5. Une non-surprise lorsque l’on sait que près de 90% des décès liés à la pollution de l’air surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Pourtant, la France est elle aussi touchée par la pollution de l’air puisque les relevés de la quasi-totalité du territoire indiquent entre 11 et 15 microgrammes de PM 2,5.

La carte complète est disponible sur le site de l'OMS.

Des causes humaines et naturelles

Le docteur Maria Neira insiste les solutions de lutte contre ce phénomène. "Notamment les systèmes de transports plus viables, la gestion des déchets solides, l’utilisation de poêles et de combustibles propres pour les ménages ainsi que les énergies renouvelables et la réduction des émissions industrielles."

Mais l’OMS précise également que l’activité humaine n’est pas la seule explication à la hausse de la pollution. Elle note par exemple que "les tempêtes de sable, en particulier dans les régions situées à proximité d’un désert, peuvent avoir une influence sur la qualité de l’air".

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

27/09/2016 - 19h06 -

pour une fois que la fiction rejoint la realitée je vous conseille la lecture du livre de jeanmichel CARDON dessinateur de presse LA VERIDIQUE HISTOIRE DES COMPTEURS A AIR ed de la courtille 1973
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle