L'Usine Auto

Plus de 4 500 visiteurs au premier salon de la sous-traitance automobile à Tanger

, , , ,

Publié le

Première édition réussie pour le premier Salon de la sous-traitance automobile organisé sur la zone franche de Tanger TFZ par l'Association marocaine pour l'industrie et le commerce de l'automobile (Amica). Il a réuni 150 exposants et plus de 4 500 visiteurs. L'expérience devrait être renouvelée l'an prochain à Kénitra.

Plus de 4 500 visiteurs au premier salon de la sous-traitance automobile à Tanger
Salon de la sous-traitance à Tanger TFZ
© dr

Environ 150 exposants se sont rassemblés du 23 au 25 avril sur la zone franche de Tanger (TFZ) entre pluie et soleil et juste à côté de l’imposante usine de l’équipementier français GMD pour le premier salon de la sous-traitance automobile organisé dans la ville du Détroit.

Le bilan ? "Avec une audience que nous estimons à plus de 4 500 visiteurs, l’objectif est largement dépassé. Depuis 2 semaines, nous avions déjà fait le plein des exposants et nous avons dû refuser une centaine de participants" se félicite Tajeddine Bennis, directeur général de l’équipementier Snop Maroc et vice-président de l'Association marocaine pour l'industrie et le commerce de l'automobile (AMICA) qui a organisé le salon.

Cette manifestation visait à rapprocher les donneurs d'ordre, essentiellement les équipementiers automobiles, des entreprises de sous-traitance marocaines ou internationales dans le domaine de la maintenance, de l’équipement d’usine, de l'ingénierie ou encore l’emballage.

"Elle a été organisée par les équipementiers automobiles et calquée sur leurs besoins en fonction des réflexions menées au sein de l’AMICA. En confrontant ces besoins, nous nous sommes aperçus qu’il y a un volume de 400 millions d’euros d’achats en matière de sous-traitance par an au Maroc. Notre but est donc d’enrichir l’offre locale pour renforcer la place de notre pays sur la carte industrielle de la Méditerranée», souligne Tajeddine Bennis.

Parmi les exposants, des entreprises marocaines mais aussi donc beaucoup de sociétés internationales surtout françaises et espagnoles implantées au Maroc ou désireuses de le faire.

« J’ai été agréablement surpris par les contacts générés lors de salon. Cela valait le déplacement », explique Abdelrrahim Essabiki, un marocain installé de longue date en Espagne et qui pilote l’installation récente du groupe de maintenance et logistique Izmegal basé à Vigo.

Même son de cloche pour Eric Morvan, responsable commercial de Merien, une PME de Mayenne spécialisée dans la conception et la fabrication d'outillages de presse et qui dispose d’une filiale à Tanger. "J’ai noué des contacts avec des prospects même si les contacts utiles se sont surtout concentrés sur la première journée. Je note une tendance à l’enrichissement de l’offre industrielle au Maroc et la recherche de prestations de pointe comme les nôtres car le tissu industriel se développe".

le soutien DE Renault maroc

L’industrie automobile est en pleine croissance au Maroc et singulièrement sur la région de Tanger depuis l’implantation en février 2012 de l’usine Renault de Melloussa situé à 30 km de TFZ et taillée pour produire 340 000 véhicules par an.

Jacques Prost, directeur général de Renault Maroc a d'ailleurs indiqué lors d’une soirée organisée par l’Amica, la volonté du constructeur français de renforcer son ancrage dans le royaume. Selon lui "Après la phase de mise en route du site et le lancement de la deuxième ligne à l’automne 2013, Renault doit renforcer son taux d’intégration locale au sein des rangs 1 ou 2 mais aussi de la sous-traitance".

Des déclarations tempérées par certains des exposants à Tanger : "les déclarations de Renault ou de leurs grands équipementiers c'est bien, indique l'un d'eux, mais dans la réalité, il reste très difficile notamment pour les PME de pénétrer ces marchés car ces entreprises disposent déjà de leur réseau de fournisseurs internationaux sur lesquels ils s'appuient. Renault achète ainsi encore beaucoup en Turquie ou en Roumanie".

La politique de "l'enrichissement de l'offre" va en tout cas bien dans le sens des visées du gouvernement marocain et de sa nouvelle politique "d'accélération industrielle" dévoilée voilà un mois par le ministre de l’Industrie Moulay Hafid Elalamy, notamment centrée  autour de la constitution "d’écosystèmes performants" dans des filières comme l'aéronautique ou l'automobile.

En ce domaine, Tanger fait un peu figure de cas d'école. Cette ville est la principale base d’activité automobile du pays.  La zone franche TFZ accueille notamment des entreprises comme Snop, GMD, Lear, Valeo, Delphi, Yazaki ou Antolin.

Selon un communiqué publié à l’occasion du salon, la direction de TFZ a indiqué que la zone comptait 75 entreprises actives dans le domaine automobile représentant près de 30 000 emplois pour un chiffre d’affaires à l’export de 1,6 milliard d’euros.

Toujours de même source en 2013, TFZ a reçu 15 nouveaux projets et extensions d’usines pour un total d’investissement chiffré à 800 millions de dirhams (72 millions d’euros).

La zone franche de Tanger située près de l’aéroport s’étend sur 350 hectares, à quoi s’ajoutera bientôt une extension de 50 hectares. Par ailleurs, depuis l’an dernier, une nouvelle zone franche industrielle dénommée Tanger Automotive City a été créée à proximité immédiate de l’usine Renault de Melloussa, située à 30 km de Tanger ville.

Cette zone dont une première tranche de 50 ha est opérationnelle a déjà accueilli une dizaines d’entreprises dont l'américain ECI (cablage) ou l'espagnol Europac (emballage carton industriel).

Quant au salon, "le concept est bon il correspond aux besoins de la profession. Au vu du succès, la décision a été prise par l’Amica de renouveler l’expérience l’an prochain", nous indique Tajeddine Bennis. Il sera situé à nouveau sur une zone franche, mais celle de Kenitra cette fois.

Pierre-Olivier Rouaud, à Tanger

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte