Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Plus aucune offre de reprise pour Tarkett Bois

, ,

Publié le

Le fabricant de revêtements de sol Tarkett a annoncé en juin sa volonté de vendre l’usine de Cuzorn (Lot-et-Garonne), l'ex-fabricant de parquets Marty. Lors de la prochaine assemblée générale, le groupe pourrait annoncer une cession, un plan social ou la fermeture du site.

Plus aucune offre de reprise pour Tarkett Bois © D.R. - Tarkett

Le 9 septembre, le fabricant de revêtements de sols Tarkett devait dévoiler les potentielles offres de reprise de Tarkett Bois, l'usine du groupe située à Cuzorn (Lot-et-Garonne) lors d'un comité d'entreprise extraordinaire. Mais celui-ci n'a pas eu lieu. Pour l'instant, trois entreprises ont retiré le dossier de reprise sans qu'aucune n'ait fait de proposition concrète. Une société néerlandaise, Nick Van Der Sluys, propriétaire d'une usine qui fabrique des meubles design aux Pays-Bas, s'est même désengagée. L’une des raisons serait le rapatriement à Paris du service commercial du site lot-et-garonnais.

L’usine de Cuzorn, l'ex-fabricant de parquet Marty repris en 2011, a perdu 11 millions d'euros ces deux dernières années (pour un chiffre d’affaires de 9,2 millions d’euros en 2013), victime de la concurrence chinoise. Tarkett serait donc prêt à céder le site pour zéro euro.

Délocalisation de la moitié de la production

En septembre 2013, le groupe français de 2,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires avait déposé une demande de plan social prévoyant 65 suppressions de postes sur les 135 que compte l'usine de Cuzorn. Objectif : délocaliser une bonne partie de la production du site – près de la moitié des 320 000 mètres carrés produits – vers la Pologne. Une demande rejetée à l’époque par le tribunal de commerce d’Agen, car Tarkett avait promis de préserver les salariés lors du rachat de l'entreprise en 2011.

Mais ce moratoire s'est achevé en juillet. Le groupe s’apprête donc soit à lancer un nouveau plan social, soit à céder ou à fermer le site, à moins que le groupe belge Beaulieu International, un des autres leaders du secteur, ne formule une offre prochainement.

Nicolas César

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle