Plombé par une lourde dette, l’aciériste Ascométal dépose le bilan

L’aciériste Ascométal, qui emploie 2000 personnes sur six sites français, se trouve en cessation de paiement depuis mardi. L’entreprise pourrait être placée en redressement judiciaire ce jeudi si aucun accord n’est trouvé entre l'actionnaire, les créanciers et les banques.

Partager

Plombé par une lourde dette, l’aciériste Ascométal dépose le bilan

Nouveau coup dur pour la métallurgie française. L’aciériste Ascométal, fabricant d'aciers longs spéciaux pour l’automobile, le pétrole, la mécanique, se trouve en cessation de paiement depuis le 4 mars. L’entreprise demandera le jeudi 6 mars sa mise en redressement judiciaire en cas d'échec des négociations avec ses créanciers, a indiqué à l'AFP la direction. "Compte tenu de la situation financière de l'entreprise et dans l'hypothèse où un accord n'interviendrait pas entre Apollo (le fonds d'investissement qui contrôle Ascométal) et les banques créancières, une procédure de redressement judiciaire devra être engagée jeudi devant le tribunal de commerce de Nanterre", a expliqué un porte-parole à l’AFP.

négociations en cours

Ascometal emploie 2 000 salariés sur six sites : Dunkerque (Nord), Hagondange (Moselle), Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), Custines (Meurthe-et-Moselle) Le Marais (Loire) et Le Cheylas (Isère). Ce fleuron sidérurgique français, ancienne filiale d’Usinor, est plombé par une dette contractée il y a trois ans lors de son rachat par le fonds d’investissement américain Apollo. Ce dernier négocie avec ses créanciers, Morgan Stanley et Bank of America. Mais en l’absence d’accord, la survie du groupe est menacée. "Si d'ici jeudi matin, un compromis était trouvé, il n'y aurait plus besoin d'aller au redressement judiciaire", explique Cyril Brand, élu CFDT au CCE, à l’AFP. "La négociation devait aboutir mi-décembre, puis le 28 février. On est très inquiets sur la pérennité de l'ensemble des sites et des emplois, au moment même où l'activité reprend", confie le syndicaliste.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le ministère du redressement productif s’active en coulisses pour trouver un repreneur, si possible français et industriel, afin d’injecter des fonds dans Ascometal et éviter un redressement judiciaire.

Sylvain Arnulf Rédacteur en chef adjoint web
Sylvain Arnulf

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS