Plastic Omnium fermera à la fin de cet été son usine de Laval

A l'issue d’un comité central d’entreprise ce vendredi 8 janvier, Plastic Omnium annonce la prochaine fermeture de son usine de fabrication de réservoirs à carburant de Laval (Mayenne), dépendant de sa division Inergy Automotive Systems. Le site emploie 93 salariés.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Plastic Omnium fermera à la fin de cet été son usine de Laval

Plastic Omnium s’apprête à tourner la page lavalloise de son histoire industrielle : l’équipementier automobile a programmé la fermeture, d’ici à la fin de l’été, de son usine mayennaise dédiée à la fabrication de réservoirs à carburant. Le site emploie 93 salariés.

La décision est motivée par la chute d'activité, - 60 % entre 2011 et 2015, passant d’une production de 880 000 à 350 000 systèmes par an, et ce sans perspective de reprise. "Le contexte national est extrêmement dégradé dans notre secteur, précise un porte-parole de Plastic Omnium. Sans réaction de notre part, nous aurions perdu encore 50 % de nos volumes d’ici à 2018. C’est énorme." Et de mettre en parallèle la production automobile hexagonale qui, de 3,2 millions d’unités en 2007, a chuté en 2015 à 1,9 million.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Reclassement des salariés

Le projet de restructuration prévoit le transfert de la production vers les sites français de Pfastatt (Haut-Rhin) et Compiègne (Oise), ainsi que la reprise d'une partie de la production de valves par un acteur local. Comme le prévoit la loi, les salariés se verront proposés des mesures de reclassement. Au début des années 2000, l’équipementier comptait près de 500 salariés à Laval, répartis entre l’usine et un centre de R&D déménagé en 2014 à Compiègne.

Détenu en majorité par la famille Burelle qui l'a fondé en 1946, le groupe a publié un chiffre d'affaires 2014 de 5,3 milliards d’euros et un bénéfice net de 220,4 millions. En décembre, il a indiqué vouloir reprendre l'activité pare-chocs de Faurecia pour une valeur d'entreprise de 665 millions, afin d'atteindre un chiffre d'affaires de 8 milliards d’euros, et se hisser ainsi parmi les 25 plus grands équipementiers mondiaux.

Jacques Le Brigand

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS