Electronique

Planification budgétaire: SNCF Proximités prend le train Cognos

, , ,

Publié le

Cas d'entreprise Dans le cadre de son projet "Diapason", SNCF Proximités, la branche "voyages du quotidien" de la SNCF, a déployé le logiciel de planification budgétaire Cognos TM1 d'IBM. Avec à la clé, selon l'organisation : une optimisation du contrôle de gestion.

Planification budgétaire: SNCF Proximités prend le train Cognos
Application Cognos TM1 utilisée par SNCF Proximités
© DR

Quelques mois avant la création de la nouvelle co-entreprise IBM-SNCF en début d'année, qui va prendre en charge sur une durée de six ans la gestion du parc applicatif du groupe ferroviaire, IBM a déployé son logiciel de planification budgétaire Cognos TM1 à la SNCF. Plus précisément, cette application, issue du rachat de Cognos en 2007, a été adoptée par la branche « Proximités », qui gère notamment les trafics de proximité TER, Intercités et Transilien (3,18 milliards d'euros de chiffre d'affaires l'an dernier).

Pour répondre à quels besoins ? « Sur le périmètre SNCF Proximités, tout le cycle de gestion des 23 activités était basé sur des outils de bureautique », explique Laure Paillet, responsable du département stratégie et finance de SNCF Proximités. La difficulté ? « Nous avions atteint plusieurs limites avec Excel », précise-t-elle. « La première, c'est qu'il fallait faire de multiples échanges de fichiers entre les différents partenaires. La seconde est que nous étions arrivés à saturation, puisque les fichiers, assez sophistiqués, comprenaient différentes macros demandant beaucoup de puissance de calcul. Il n'était plus vraiment possible de faire évoluer les formats des tableaux et les données »...

Projet Diapason pour le contrôle de gestion

Démarré en 2009, le projet Diapason a pour objectif « d'industrialiser ces processus » et de mettre en oeuvre une nouvelle « application de pilotage financier pour l’ensemble des activités de transports », signale la responsable, qui souligne que la nouvelle application est utilisée pour le contrôle de gestion et la gestion des plans d'affaires (173 utilisateurs au total). Elle s'interface avec l'outil comptable d'entreprise de la SNCF (Peoplesoft d'Oracle) et son logiciel de gestion du budget (BO Finance de SAP).

Passée une première phase d'étude des solutions disponibles – impliquant des utilisateurs, la direction des achats et la direction informatique... -, un appel d'offres a été lancé et IBM a été retenu en juillet 2009 avec sa solution TM1 (un moteur OLAP d'analyse multidimensionnelle provenant du rachat d'Applix par Cognos, quelques mois avant son entrée dans le giron d'IBM). La première étape du projet, qui a pris six mois de travail et mobilisé une dizaine de collaborateurs, a abouti fin janvier 2010 avec le déploiement d'une brique « plan d'affaires ». Suivra, à l'automne, le déploiement d'une nouvelle brique pour l'élaboration du « budget ».

Référentiels et personnalisation...


Premier avantage du nouveau système : les données suivies avec TM1 ont été récupérées sans difficultés à partir d'un référentiel élaboré par la SNCF dès 2007. Deuxième avantage : « La gestion des habilitations est une fonctionnalité native de TM1 et de Cognos BI ». Troisième bénéfice : « TM1 offre des fonctionnalités de personnalisation poussées, qui nous ont permis de ne pas avoir à faire de développements spécifiques. Résultat, si demain IBM fait évoluer TM1, nous pourrons faire évoluer notre solution vers la nouvelle version sans adaptations et donc sans coûts supplémentaires ».

Interface proche d'Excel

Quid de l'adoption de Diapason par les utilisateurs ? « Nous avons beaucoup travaillé en amont avec des groupes d'utilisateurs pour définir les besoins », ajoute Laure Paillet. Proche d'Excel dans son ergonomie, l'interface de Diapason ne bouleverse pas leurs habitudes : «  Excel est très important dans les métiers de la finance et de la gestion. Nos utilisateurs sont donc familiers de cet outil ».

Les 173 utilisateurs ont malgré tout été formés sur deux jours. « L'un des défis de Diapason est en effet de faire en sorte qu'il ne soit pas réservé à la fonction finance et gestion mais qu'il implique aussi les industriels – par exemple, les personnes s'occupant du dimensionnement des trains... - et les spécialistes du marketing ».

Christophe Dutheil

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte