Plan de relance par l'investissement, chômage, Gmeet, batterie aluminum-ion : la revue de presse de l'industrie

Sylvain Arnulf

Publié le

Dans vos journaux de ce 9 avril, l'analyse des annonces de Manuel Valls : vont-elles réellement relancer l'investissement des entreprises ? Pierre Gattaz estime que ces mesures sont insuffisantes. Egalement dans l'actualité : une interview de Michel Sapin dans Les Echos, les projets de Google en matière de téléconférence et la réaction d'Elon Musk à la découverte de chercheurs de Stanford, qui ont inventé un nouveau type de batteries.

"Investissement" : la nouvelle priorité de la majorité

 

 

Vos journaux commentent les mesures visant à relancer l'investissement annoncées le 8 avril. Une première réponse – timide – à la défaite des départementales, juge Le Monde. "Ce n’est pas une inflexion, ni même une révision et encore moins une révolution. Plutôt, en parfaite conformité avec la traditionnelle méthode hollandaise, une très légère correction", commente le quotidien du soir. "La réponse à la troisième gifle électorale reçue, en un an, par l’exécutif socialiste ne sera donc pas un remaniement – lequel n’interviendrait « pas immédiatement » et pourrait même attendre l’été, selon l’un de ses hauts responsables – ni un repositionnement. Plutôt que de changer d’équipe, le président et son premier ministre ont choisi d’annoncer une batterie de mesures techniques, essentiellement fiscales, sur l’investissement public et privé, agrémentées de la création d’un compte personnel d’activité du salarié".

Les Echos y voient une série de mesures équilibrées et un plan "ambitieux". Le journal salue "l'une des rares mesures qui a l'avantage de concilier les revendications des entreprises et de la gauche de la gauche. Le bonus fiscal d'un an annoncé hier par Manuel Valls doit en effet inciter les entreprises à investir rapidement et massivement, à travers une baisse de leur impôt sur les sociétés (IS) qui pourra représenter jusqu'à 13 % de la valeur de l'investissement.

Sur LCI, l'analyse de Bernard Vivier, directeur de l'Institut supérieur du travail.

Relire notre compte-rendu des annonces : Le gouvernement annonce des mesures en faveur de l'investissement… qu'il faudra financer"

Pierre Gattaz : "qu'on laisse les entreprises tranquilles !"

 

 

Dans Le Figaro, Pierre Gattaz réagit aux annonces gouvernementales. Elles sont insuffisantes, tranche-t-il. Le patron Medef juge de nouvelles réformes "urgentes", "sinon la France s'enfoncera". Il désigne "trois chiffons rouges à lever", trois chantiers prioritaires : la simplification, la fiscalité et la législation sociale, jugée "trop complexe". "Soit on avance résolument sur les réformes et on s’en sortira, soit on ne sort pas des jeux de rôle et on s’enfoncera. La France ne décroche plus, elle glisse doucement et sûrement. Mais on pourrait replonger. Il faut arrêter de tourner autour du pot", alerte-t-il. Il faut donc traiter le "problème numéro 1 et "désembastiller" l'emploi".

Emploi : pas d'embellie avant 2016, prévient Michel Sapin

Dans une interview aux Echos, Michel Sapin, ministre de l'Economie, ne prévoit pas une baisse du chômage avant 2016. "Si la croissance prévue est au rendez-vous, l’économie devrait recréer des emplois de manière significative à partir de 2016. Dès lors, après une stabilisation fin 2015, le chômage devrait baisser en 2016 et en 2017", déclare-t-il.

Gmeet dans les cartons de Google

Selon 01net, Google préparerait un logiciel de téléconférence baptisé Gmeet. " Elle permet de programmer des réunions et d’inviter plusieurs personnes. Ces derniers pourraient joindre la conversation en un seul clic. Il est également possible de partager des documents depuis Google Drive ou Dropbox". Le hic, c'est qu'on ne sait pas si ce logiciel est à usage interne ou destiné à un lancement grand public. Google a déjà une solution de visio-conférence, Google Hangouts.

Batterie aluminum-ion :  Elon Musk attend de voir

Des chercheurs de l'université de Stanford ont mis au point un nouveau type de batterie aluminum-ion au grand potentiel : elle serait moins chère, plus fiable, plus flexible et moins dangereuse qu'une batterie lithium-ion. La nouvelle n'a pas laissé Elon Musk, le patron de Tesla, indifférent. Dans un tweet, il résume sa position : wait and see. " Pour lui, avant de crier victoire, il va falloir passer par la phase de tests, rapporte BFM Business. "Il rappelle que les étudiants n’indiquent ni le voltage, ni le l'ampérage (energy density), ni leur durée. "Généralement, on échoue sur l'ampérage", lâche-t-il comme une fatalité".

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte