Plan d'économie chez Vallourec qui va supprimer 1400 postes en 2015

Vallourec a annoncé le 24 février une perte nette au titre de 2014, en raison de dépréciations d'actifs liées à la dégradation des marchés pétroliers, et a dévoilé un plan d'économies qui se traduira notamment par 1400 suppressions de postes en 2015.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Plan d'économie chez Vallourec qui va supprimer 1400 postes en 2015

Le groupe Vallourec a annoncé le 24 février un plan d'économie. Il a réalisé une perte nette au titre de 2014, en raison de dépréciations d'actifs liées à la dégradation des marchés pétroliers. Ce plan se traduira notamment par 1400 suppressions de postes en 2015.

Le producteur de tubes sans soudure en acier, dont les produits sont en particulier utilisés dans les opérations de forage, a précisé dans un communiqué qu'il visait 350 millions d'euros d'économies en 2015-2016, soit 10% de ses coûts hors matières premières, et qu'il réduirait ses investissements à 350 millions par an, contre 450 millions prévus.

des dépréciations d'actifs de 1,1 milliard d'euro

Il prévoit également de générer un cash-flow disponible positif en 2015, après +274 millions d'euros en 2014, cet indicateur traduisant sa capacité d'autofinancement. Les dépréciations d'actifs en Europe et au Brésil atteignent 1,1 milliard d'euros, en ligne avec ce que le groupe avait annoncé fin janvier.

Le groupe a enregistré au titre de 2014 une perte nette part du groupe de 924 millions d'euros (contre un bénéfice de 262 millions en 2013), un résultat brut d'exploitation (Ebitda) de 855 millions (-7,1%) et un chiffre d'affaires de 5.701 millions (+2,2%). Sa marge Ebitda/chiffre d'affaires s'est ainsi établie à 15,0% contre 16,5% en 2013.

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne un RBE de 827 millions et un chiffre d'affaires de 5.493 millions, soit une marge de 15,1%. Vallourec propose un dividende stable à 0,81 euro par action au titre de 2014, payable en numéraire ou en actions, tandis que les analystes attendaient en moyenne 0,66 euro.

Avec Reuters

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS