Plan d'économie chez Danone, un coup de Peltz

L’homme d’affaires américain, entré au capital de Danone il y a un mois environ, est un actionnaire activiste qui n’hésite pas à bouleverser la stratégie des multinationales de l’agroalimentaire : les patrons de Heinz, Kraft, Pepsico peuvent en témoigner...

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Plan d'économie chez Danone, un coup de Peltz

Bien que le groupe s’en défende, l’annonce d’un plan d’économie de 200 millions d’euros sur l’Europe chez Danone est sans doute en partie liée à l’arrivée de l’actionnaire activiste américain Nelson Peltz à son capital à la mi-novembre. Franck Riboud a raison de se méfier de Nelson Peltz, qui a pris 1 % du capital de Danone. Car l’homme est redoutable et a déjà changé le cours de la stratégie de plusieurs géants de l’agroalimentaire.

Né en 1942 à Brooklyn, ce self-made-man financier s’est spécialisé dans l’investissement dans les grands groupes agroalimentaires. Son premier fait d’arme remonte à 1985. Il rachète National Can et American Can, deux sociétés d’emballage spécialistes des canettes en aluminium. Il les fusionne et les revend trois ans plus tard à Pechiney pour plus de 4 milliards de dollars. Dans les années 90, il s’empare pour 300 millions de dollars du fabricant de jus de fruits américain Snapple au groupe Quaker, et le revendra cinq fois plus cher trois ans plus tard à Cadbury Schweppes. En 2002, la chaîne de restauration Burger King lui échappe de peu. Qu’importe, en 2008, il entrera au capital de son concurrent Wendy's, puis au capital de Arby's. Il passe aussi chez le fabricant de ketchup Heinz, dont il va influencer la stratégie marketing et la réduction des coûts.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Sa méthode : au moyen de hedge funds, prendre une participation minoritaire dans des groupes qu’il estime "décoté". L’homme noue alors des alliances avec d’autres actionnaires afin d’influencer la stratégie du groupe en revendiquant des postes au conseil d’administration, et en les forçant à prendre des décisions managériales qui maximisent le retour pour les actionnaires.

Il force ainsi la chaîne Wendy's de se délester des magasins Tim Hortons. Si le géant américain Kraft a opéré une scission de ses activités, c’est grâce ou à cause de Nelson Peltz. C’est aussi en partie lui qui a incité le groupe à opérer un raid sur le confiseur anglais Cadbury en 2009. Fin 2011, l’investisseur bouscule le géant Pepsiso en acquérant, pour 146 millions de dollars, quelque 2,36 millions d’actions du leader mondial des soft-drinks. Avec 0,15 % seulement du capital, il va semer la zizanie au sein du conseil d’administration. Il veut pousser le groupe à la scission des activités boissons des activités snacks (Quaker, Frito Lays, Dorito). Début 2012, le groupe lance un plan de réduction des coûts influencé par le milliardaire…

L’actionnaire activiste a prévenu en entrant au capital de Danone : il veut que le français, pourtant champion de la croissance chez les multinationales de la grande consommation, accélère sa réduction des coûts. Le plan lancé aujourd’hui par le groupe, qui sera présenté aux instances représentatives en mars prochain, va tout à fait dans ce sens. Il s’étalera sur deux ans. Il a pour but "d’ajuster ses coûts au nouveau contexte en réalisant environ 200 millions d’euros d'économies en Europe", notamment en "diminuant les frais de fonctionnement du groupe et de ses filiales européennes mais aussi à adapter les organisations managériales en Europe, conçues pour accompagner des marchés en croissance".

Mais Nelson Peltz ira-t-il plus loin ? Connu pour avoir prôné le démantèlement de plusieurs groupes agroalimentaires, va-t-il pousser Danone à se restructurer et à vendre sa branche eaux, dont les marges sont inférieures à celles des produits laitiers, du baby food et de la nutrition médicale ? Ce n’est pas impossible…

Patrick Déniel

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS