Plainte contre Twitter, accusé d'aider la propagande de l'EI

(Reuters) - La veuve d'un homme tué lors de l'attaque d'un centre d'entraînement de la police jordanienne a porté plainte contre Twitter et accuse le site de micro-blogging d'offrir à l'organisation djihadiste Etat islamique (EI) une plate-forme idéale pour sa propagande.

Partager

Tamara Fields, une femme de Floride dont l'époux est mort le 9 novembre à la suite d'une attaque revendiquée, dit-elle, par l'Etat islamique, réclame des dommages et intérêts à Twitter qui aurait, selon elle, facilité les choses à l'EI que ce soit "sciemment ou en fermant volontairement les yeux".

L'attaque, le 9 novembre, a fait six morts, dont deux Américains travaillant pour une société privée de sécurité.

"Sans Twitter, la croissance exponentielle de l'EI ces dernières années, qui en a fait le groupe terroriste le plus redoutable au monde, n'aurait pas été possible", lit-on dans la plainte déposée mercredi au tribunal d'Oakland (Californie).

Twitter n'a pas réagi dans l'immédiat aux demandes de commentaires.

Son action perdait 1,8% à 18,34 dollars à Wall Street en matinée, ayant sensiblement réduit des pertes qui l'avaient amené à toucher un plus bas record de 17,27 dollars en séance

(Jonathan Stempel, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS