Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Placement en redressement judiciaire de Nordeon, à Chalon-sur-Saône

, ,

Publié le

L’entreprise Nordeon, rachetée à Philips Lighting en 2012, accuse de nouvelles pertes. Les sites de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) et de Dijon (Côte-d'Or) ont été placés en redressement judiciaire.

Placement en redressement judiciaire de Nordeon, à Chalon-sur-Saône
Machine spéciale fixant les culots (bagues en aluminium) aux extrémités des tubes chez Nordeon.
© D.R.

Le fabricant d’éclairages Nordeon qui avait repris en 2012 les sites de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) et Dijon (Côte-d’Or) à Philips Lighting a été placé en redressement judiciaire. Son actionnaire, le fonds d’investissement néerlandais Varova, "ne souhaite plus injecter d’argent dans l’entreprise", indique Félix Zwaryszczuk, le directeur général.

Cette décision fait suite aux nouvelles pertes, à hauteur de 4 millions d’euros, enregistrées sur le précédent exercice pour un chiffre d’affaires de 29 millions d’euros. Selon le directeur du site, la solution de redressement passe immanquablement par une réduction de la masse salariale. L’usine de Chalon-sur-Saône emploie 122 personnes à la production de tubes fluorescents et 22 autres dans la filiale Marvell Glass, spécialisée dans les Leds. Quant au site de Dijon, chargé de développer la vente en ligne et plateforme logistique dédiée avec une vingtaine de salariés, il est en passe d’être fermé.

Fin du contrat avec Philips

"Nos coûts de revient s’avèrent bien trop élevés par rapport à notre marché", indique le directeur général. En outre, Nordeon réalise toujours la majeure partie de son activité avec les tubes fluorescents qui seront interdits en 2022.

Ce sera le défi d’éventuels futurs repreneurs : investir dans la Led, qui représente déjà aujourd’hui 60 % des ventes, à la fois en recherche et développement, et dans les moyens de production.

Les difficultés de l’entreprise découlent aussi de la fin de contrat de Philips qui s’était engagé lors de la reprise, à maintenir des commandes durant quatre ans qui ont atteint les 25 millions d’unités en 2016. En dépit de cette situation, Nordeon affiche un carnet de commandes de 24 millions d’euros pour 2017.

Didier Hugue

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle