Placé sous sauvegarde, le groupe Optitec se restructure

Le spécialiste de l’application de peinture industrielle et du traitement de surfaces est placé sous procédure de sauvegarde depuis cet été. Une réorganisation est en cours : il s’est séparé d'une dizaine de salariés sur un effectif de 65 personnes.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Placé sous sauvegarde, le groupe Optitec se restructure

La holding et les sociétés du groupe héraultais Optitec, spécialisé dans l’application de peinture industrielle et le traitement des surfaces (acier, aluminium, bois, composites...) pour les secteurs comme le bâtiment, la fonderie, l’automobile, l’électroménager et le mobilier urbain, sont placées sous sauvegarde depuis la fin juillet. Optitec, Surfatech et Surfacier sont situées à Vendargues près de Montpellier (Hérault), Technolaq (rachetée en 2013) à Izernore (Ain) et Technocoat à Chassieu (Rhône). Le groupe dirigé par Luc Martin et Joël Varescon possède également une unité à Tunis, Surfaprotec.

Après plusieurs années de croissance, le chiffre d’affaires consolidé de ce groupe de 65 salariés était de 6,8 millions d’euros en 2013. Pour expliquer les difficultés actuelles, Luc Martin blâme la mauvaise situation macro-économique : "Nos problèmes de trésorerie sont dus au volume d’activité en baisse depuis le début de l’année. La crise du bâtiment nous pénalise. La loi Duflot a changé la donne."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Restructuration et innovation

Aujourd’hui, le groupe se réorganise et "réajuste sa masse salariale. Nous avons procédé à des licenciements sur tous les sites, soit 15 % de l’effectif." Il cherche à se diversifier en s’appuyant sur la R&D. Fin mars, Optitec avait inauguré chez Technocoat à Chassieu sa nouvelle usine de thermolaquage "grandes longueurs", construite pour 2,5 millions d’euros.

Le groupe, qui avait levé 2,5 millions d’euros en 2013 auprès du capital-investisseur Audacia pour financer ses investissements et l’innovation, a développé un procédé adapté aux produits dérivés du bois, utilisant des peintures en poudres basses températures ou photo-réticulables, baptisé Woodlaq®.

Sylvie Brouillet

Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS