Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PISCINESWaterair veut élargir son marché du kitLe numéro 2 de la piscine en kit entre en Bourse et veut mordre sur tous les segments de marché.

Publié le

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

PISCINES

Waterair veut élargir son marché du kit

Le numéro 2 de la piscine en kit entre en Bourse et veut mordre sur tous les segments de marché.



"Le kit permet à tout amateur éclairé de construire sa piscine. " Sur ce credo, André Cholley dépose en 1978 le brevet d'un bassin enterré modulaire, fabriqué en usine. Vingt ans plus tard, Waterair, fondée à Seppois-le-Bas (Haut-Rhin), vend près de 3 000 piscines par an, dont 25 % à l'export. Juste derrière le leader du kit, Desjoyaux (8 000 piscines par an, dont 30 % à l'export). Son chiffre d'affaires (150 millions de francs en 1998) croît de 10 % par an. La société prévoit de s'introduire au second marché le 26 octobre

La piscine Waterair est conçue à partir de panneaux d'acier galvanisé qui sont ondés - pour la résistance - poinçonnés et cintrés en usine selon la forme désirée, puis installés par boulonnage, sans maçonnerie, par l'usager. Un " liner " en PVC (une poche fabriquée sur mesure) assure l'étanchéité. D'où " une économie de 30 à 50 % sur les frais d'installation " et une modularité des formes. Avec 120 commerciaux sur 187 salariés, Waterair vend en direct, et elle n'est présente que sur le " kit emporté ", soit 30 % du marché français (30 000 piscines enterrées en 1997). Desjoyaux, qui a opté pour la technique du coffrage perdu en polypropylène, vend, lui, 75 % de sa production par le biais de maçons installateurs. Waterair va ainsi agréer des installateurs pour assister la clientèle ou assurer l'installation. L'objectif : couvrir 100 % du marché et tripler le potentiel. L'entreprise a investi 4 millions de francs en 1997 dans une ligne de profilage automatisée capable de doubler la production. Elle fabrique elle-même les margelles en pierre reconstituée, faute d'avoir trouvé le bon fournisseur. Les escaliers monoblocs sont réalisés à Damazan (Lot-et-Garonne) par un ancien constructeur de bateaux repris en 1988. Les liners, eux, sont achetés à l'extérieur. " Dans l'idéal, nous ne fabriquerions rien ", souligne le P-DG, qui veut limiter la production aux composants stratégiques et se concentrer sur la conception. De notre correspondant,







Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle