Pierre-René Lemas mise sur la continuité pour la Caisse des dépôts

L’ancien secrétaire général de l’Elysée, désigné par le gouvernement pour prendre la tête de la Caisse des dépôts a été auditionné par l’Assemblée nationale et le Sénat. S’il est encore trop tôt pour avoir une idée précise de la stratégie qu’il souhaite impulser, elle ne devrait pas radicalement changer par rapport à celle de son prédécesseur, Jean-Pierre Jouyet.

Partager

Pierre-René Lemas mise sur la continuité pour la Caisse des dépôts

Journée cruciale pour Pierre-René Lemas, le prétendant au poste de directeur général de la Caisse des dépôts et consignations. Le mercredi 14 mai 2014, le haut-fonctionnaire de 63 ans est auditionné par l’Assemblée nationale le matin et par le Sénat l’après-midi, pour étudier sa capacité à assumer la direction du bras armé financier de l’Etat. Le directeur de la Caisse des dépôts est en effet nommé par l’exécutif, mais doit être approuvé par un vote au Parlement avant d’être présenté en conseil des ministres.

Les circonstances de la désignation de Pierre-René Lemas pour prendre ce poste ont cependant été très particulières. En avril dernier, François Hollande l’a démis de ses fonctions de secrétaire général de l'Elysée au profit de Jean-Pierre Jouyet, alors directeur général de la CDC, et le désignait dans la foulée pour reprendre le rôle de Jean-Pierre Jouyet. Un échange de fonctions pur et simple qui n’a pas manqué de faire tiquer certains députés.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Entendez-vous être indépendant à l’égard de l’Etat ?", lui a demandé Claude Goasguen (UMP), lors de l’audition à l’Assemblée nationale, fustigeant les conditions de la nomination de Pierre-René Lemas. De son côté, Henri Emmanuelli, qui préside la commission parlementaire de surveillance de la CDC, s’est étonné que la loi ait placé l’action de la Caisse des dépôts sous le contrôle de l’Assemblée et la nomination du directeur général dans les mains de l’exécutif.

Volonté d’indépendance par rapport à l’Etat

Un point sur lequel Pierre-René Lemas a voulu montrer patte blanche. "Si on souhaite que la CDC puisse jouer son rôle au service de l’intérêt général, fonctionnellement, le directeur général doit être en situation d’indépendance pouvant dialoguer avec l’ensemble des parties prenantes", a-t-il déclaré.

Sur la stratégie de l’institution financière, les questions ont également fusé à l’Assemblée nationale. Notamment sur le financement des collectivités locales qui, du fait du plan d’économies de l’Etat, vont devoir se serrer la ceinture. Les députés craignent une baisse de leurs investissements en local et se demandent comment la CDC peut y remédier.

Pour Pierre-René Lemas, "il est très important d’avoir une capacité d’ingénierie technique, administrative et financière. Cette capacité existe dans les grandes collectivités locales, mais moins dans celles de petite taille".

L’action de Bpifrance a également fait l’objet de questions. Les députés souhaitaient connaître quel bilan Pierre-René Lemas tirait de la première année de fonctionnement et son opinion sur la doctrine de la banque publique. Le directeur général pressenti de la CDC s’est montré évasif sur ses réponses, rappelant qu’il n’est pas encore en fonction.

Mais il a affirmé un principe. La banque publique ne devrait pas se positionner sur les dossiers risqués pour sauver des entreprises en difficultés. "Oui, Bpifrance doit se comporter en banquier avisé, a-t-il martelé. Elle a des objectifs précis, approuvés par le Parlement, mais c’est une banque qui dans une vision globale doit aussi être un outil au service de la politique industrielle de la France." Pas de grands changements en vue sur la doctrine d’investissement de Bpifrance, donc.

Arnaud Dumas

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS