Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Pierre Millet précise son projet pour l’usine lyonnaise Brandt

,

Publié le

L’espagnol Fagor vient d’annoncer la cession de son usine lyonnaise Brandt, spécialisée dans les équipements électroménagers, à Pierre Millet, un industriel isérois de la métallurgie. Ce dernier envisage de développer de nouvelles activités sous le nom de SITL (Société d'innovation et de technologie lyonnaise). Nous l’avons interrogé sur cette opération.

Usinenouvelle.com. Quelle est la nature exacte de l'opération réalisée avec le groupe Fagor ?  

Pierre Millet. Il ne s'agit pas d'un rachat, mais de la création d'une nouvelle société, dénommée SITL. Cette entreprise, créée en relation avec Fagor et mes partenaires industriels, reprend près de 460 des 560 salariés du site Brandt de Lyon et la plus grande partie de ses actifs.
Plutôt que de fermer le site et de licencier le personnel, le groupe espagnol a préféré me soutenir dans ce projet de ré-industrialisation qu'il a choisi parmi les cinq plans de relance qui lui ont été présentés.
Le fait que j'ai supervisé avec succès des plans de ré-industrialisation à l'époque où je travaillais pour le groupe Thomson n'est certainement pas étranger à ce choix.
 
Comment va se concrétiser ce plan de relance ?
D'ici à mars 2012, le site continuera à produire des lave-linge pour Fagor. Mais nous mettons progressivement en place les moyens nécessaires au lancement de nouvelles activités.
Nous allons produire des véhicules utilitaires électriques sans permis, des filtres à tambours industriels, puis lancer une ligne d'assemblage de composants de modules photovoltaïques. Nous allons aussi créer des activités de services dans le domaine de la maintenance des moteurs et de la gestion des batteries.
A partir de début 2012, l'activité lave-linge baissera progressivement jusqu'en 2015. L'objectif du plan est que cette baisse d'activité soit progressivement compensée par la montée en puissance des nouvelles activités.
 
Comment comptez-vous mobiliser les moyens nécessaires ?
Au départ, nous nous appuyons sur les 10 millions d'euros de fonds propres mobilisés pour constituer la société SITL. Pour la suite, nous avons défini en relation avec nos banquiers un plan d'investissement représentant environ 43 millions d'euros sur quatre ans, dont environ 20 % sera consacré à la formation des salariés. Je suis confiant dans la réussite de ce projet qui a reçu le soutien de la grande majorité de notre personnel.
 
Propos recueillis par Michel Quéruel
 
A lire également :
L’espagnol Fagor cède son usine Brandt de Lyon
 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle